1. Retour du travail


    datte: 02/10/2017, Catégories: fh, couplus, extracon, cocus, Collègues / Travail, fsoumise, noculotte, Oral, Oral, pénétratio, fsodo, confession, Auteur: Jacherino, Source: Revebebe

    Mon épouse m’a réservé une petite surprise, hier, en rentrant du travail. Elle, d’habitude si réservée, prévoyante et soucieuse de l’hygiène, m’a étonné quand je l’ai vue arriver avec un regard que je ne lui connaissais pas ! Sa robe, sans être collante, ne laissait pas apparaître de marque d’élastique, alors que le matin même, si ! Notre fille étant là, je laissai passer la soirée et prétextai un coup de fatigue pour proposer d’aller nous coucher un peu plus tôt. Elle m’accompagna, se mit au lit sans prendre de douche et sans pyjama, contrairement à ses habitudes. J’éteignis, sachant que l’absence de lumière est propice aux confidences pour elle. Je la laissai se détendre et se mettre à son aise, avant de lui demander : — Tu as perdu ta culotte, aujourd’hui ?— Non, non ! m’a-t-elle répondu. Il faudra que j’aille la rechercher, c’est un gage— Pardon ? À quoi as-tu joué ?— Attends, je te raconte : Je devais restituer un contrat signé à un client, en fin d’après-midi. J’ai donc quitté le travail un peu plus tôt, comme c’est sur le chemin pour rentrer et je suis allée déposer l’enveloppe chez le client. Je ne le connaissais pas et j’avais un peu de mal à trouver son adresse, alors je l’ai appelé pour qu’il m’indique le chemin. C’était un peu compliqué et quand je suis arrivée, il m’attendait à l’entrée de sa propriété. Il m’a proposé d’entrer, ce que j’ai refusé en lui expliquant que je rentrais, mais il a insisté en me disant qu’il avait un autre besoin et qu’ainsi je pourrai ... lui faire un devis. — OK ! lui dis-je, mais je ne vois pas le rapport avec le gage ? (ben, tiens !)— Attends un peu Me laissait-elle sur ma faim pour faire durer le plaisir ? Il m’a fait visiter sa maison, sa demeure devrais-je dire, qu’il habite seul. Il m’a montré une salle avec plusieurs tableaux et gravures qu’il voulait protéger et m’a dit que c’était l’objet du devis. J’ai commencé à noter les quantités, le lieu et j’ai bien senti qu’il me suivait de très près. Lorsque je me suis penchée sur l’un tableau pour voir quelle en était la signature, il a accompagné mon mouvement en posant sa main sur ma hanche en prétextant qu’il pensait que j’allais tomber. Il n’est pas particulièrement attirant, c’est un monsieur d’un certain âge, bien conservé, mais sa main sur ma hanche m’a fait de l’effet et j’ai mis quelques secondes à réagir, en lui disant que tout allait bien, mais en retirant mollement son appui. Il a dû le comprendre et lorsque j’ai continué le relevé, il était encore plus proche et n’hésitait pas à me montrer un détail, une enluminure ou un autre élément important, tout en se penchant avec moi, me frôlant ou me prenant la main pour me faire apprécier une texture ou la qualité d’un encadrement. Sa prévenance et son contact répété m’ont émoustillée.En descendant dans le salon pour discuter des modalités, il m’a proposé une coupe de champagne. Ce que je n’ai pu refuser ; tu sais bien que c’est le seul alcool que je supporte. Il m’a servie et s’est assis à côté de moi ...
«1234»