1. Dans le métro


    datte: 04/10/2017, Catégories: Masturbation, Mature, Auteur: sandra-lakshmi, Source: xHamster

    C’était la avant dernière semaine du mois d’octobre. Il faisait très chaud, comme en été ou presque. Ma belle sœur et moi, nous étions en vacances à Barcelone. Nous sommes allées plusieurs fois à la plage. Je me suis même baignée ! Donc, nous étions habillées très légères. Ma belle sœur, Nathalie, 43 ans, à peine un mètre et 55 cm, belle comme un cœur et physiquement très différente de moi, avec un 85B de poitrine mais des tétons toujours pointus, très fine du haut mais très large du bas, hanches, fesses et cuisses ; donc, elle avait mis une robe noir assez courte, un string, noir aussi qui ne cachait rien puisqu’il n’avait rien à cacher car elle est totalement rasée, et pas de soutien gorge. Moi, une robe à fleurs, bleue, très décolletée (mais un soutien gorge en dessous, du type « push up ») et une culotte en dentelle rouge foncé. Moi, c’est Sandra, 50 ans, au moment des faits, un mètre et 63 cm, une belle poitrine qui tient encore ferme et un corps mince et bien proportionné, pour mon âge, je veux dire ! Nous voilà donc à Metro Plaza de Catalunya, en plein centre ville. 19h, heure de pointe. On venait de se faire dorloter et masser le corps et l’esprit, dans une espèce de hammam et on avait toute la peau douce et réceptive. Quand on a vu le monde qui avait sur le quai en attendant le métro on s’est dit de sortir et rentrer à pied…Mais on ne l’a pas fait. On s’est entassé comme on a pu (à la façon des japonais à Tokyo) et je me suis trouvée littéralement collée à ma belle ... sœur, qui sentait très bon, d’ailleurs. Comme à peine trois jours avant, nous avions appris à nous connaitre comme il se doit entre deux femmes qui ne crachent pas sur une belle occasion de se satisfaire mutuellement, j’ai reçu ce contact forcé avec un léger picotement à l’intérieur de mon vagin et l’ouverture immédiate du robinet du lubrifiant. Elle a compris et m’a déposé un petit baisé sur mes lèvres. A côté, un monsieur âge, nous regardait l’air amusé. Soudain, j’ai senti quelque chose de dur faire pression sur mon postérieur. Comme ce n’était pas la première fois dans ma vie que quelqu’un dans ce pays de chauds lapins qui est L’Espagne, se frottait contre moi dans le métro, je compris toute de suite qu’un sale type essayait de se branler contre mes fesses. Je lui ai dit à ma belle sœur en rigolant et j’étais sur le point de me retourner et lui dire d’aller se branler chez les grecques quand à la dernière seconde, Nathalie m’a dit de le laisser faire, qu’il était beau, qu’il devait être russe, grand et très blond… Une secousse du métro à fait que les seins de Nathalie se frottent contre les miens et j’ai pu sentir la chaleur qui émanait de ce corps de femme… L’autre, derrière, en a profité pour se coller à moi davantage ! J’ai fermé les yeux, et j’ai écarté légèrement les cuisses. Il a compris tout de suite. Une seconde après c’était sa main que je sentais glisser à partir de mes genoux et monter décidée vers mes fesses. Nath ! Lui ai –je chuchoté à l’oreille, il est en ...
«123»