1. Dans le métro


    datte: 04/10/2017, Catégories: Masturbation, Mature, Auteur: sandra-lakshmi,

    train de me peloter et il sait où il va… Laisse-le faire, ma belle, j’en suis sure que ça te plait, m’a répondu en faisant un clin d’œil par-dessus mon épaule, adressé au russe, je supposais. Le vieux monsieur à ma gauche, qui n’arrêtait pas de zyeuter mes nichons, m’a sourit d’une façon très appuyée… Je me tenais d’une main à la barre centrale de la rame ; l’autre, à la hanche de Nathalie. J’avais très chaud… Partout ! Les attouchements devenaient de plus en plus osés, indécents… mais toujours par-dessus la culotte, et toujours concentrés sur mes fesses… Ce n’est pas que je n’aime que l’on me tripote les fesses et même qu’on me fasse rougir mes demi-lunes avec quelques fessées bien données, mais, généralement c’est bien ailleurs que ça se passe pour mon plaisir… Pas dans une rame du métro ! Néanmoins, je sentais comme mon minou s’inondait copieusement et j’aurais aimé que le russe infiltre quelques doigts dans de zones beaucoup plus humides. Donc, encore une fois, j’ai pris l’initiative : j’ai balancé un peu vers l’avant ma poitrine et écarté les jambes encore quelques centimètres. Nathalie disait quelque chose à l’oreille du vieux… Celui-ci, s’est mis à me regarder de façon très lubrique. Moi, j’avais les yeux qui commençaient à être dans le brouillard ; la tête, aussi. Je connais cette impression là ; ça veut dire que je suis en train de m’abandonner, prête à tout. En tout cas, cette fois-ci, le russe a tout compris. Avec ces doigts, il a écarté le tissu en dentelle de ma ...
    culotte et sans trop d’hésitation, il m’a enfoncé un doigt dans la chatte... Non, ce n’est pas possible, je me suis exclamée, en serrant un peu trop fort l’avant bras de ma belle sœur. Aie ! Tu me défonces le bras, Sandra, m’a-t-elle grondé. Est-ce que… est-ce que… Je n’arrivais pas à aligner trois mots pour faire une phrase… De toute façon, c’est bon, on descend à la prochaine, elle a conclu. Pendant deux minutes, je me suis laissée doigter ma chatte dans le métro de Barcelona par un russe, un parfait inconnu… Et, le pire, est que ça me plaisait…Beaucoup, même. J’avais tout simplement envie de qu’il me baisse complètement la culotte et qu’il me prenne, là, en milieu de la rame, collée contre la barre… Dieu ! Je sentais comme l’orgasme était sur le point d’arriver. J’avais l’impression d’avoir mon vagin rempli de doigts, de mains qui me godaient jusqu’à l’extase. Pour m’achever, le vieux monsieur, à son tour, a pris l’initiative et s’est aventuré d’une main dans mon décolleté. Il a réussi à glisser deux doigts sous le bonnet du soutif et à me pincer le téton. Pas compliqué avec ce genre de soutien gorge, d’ailleurs. Nathalie s’est collée encore plus à moi pour nous protéger d’autres regards malveillants. Je me sentais comme un insecte, épinglée par devant et par derrière… Je me sentais aux anges ! Juste au moment où le métro arrivait à notre station, j’ai joui ! Ça a été très court ; mais d’une v******e extrême…Je crois même que quelques goutes d’urine se sont déversées dans ...