1. Bérénice (28)


    datte: 05/10/2017, Catégories: Transexuels, Auteur: Mlle_Helened, Source: Xstory

    55. Alice se coucha seule. Elle était à deux doigts de pleurer. Elle fut tenter d’appeler Bérénice mais l’heure tardive l’en dissuada. Elle envoya un sms à Patrice, sms qui resta sans réponse. Cette journée et ce jeu de rôle lui avait beaucoup plu et un sentiment amoureux commençait à naitre. Sentiment qui se précisait avec cette absence de Patrice près d’elle. Quand elle avait voulu l’embrasser, son sexe commençait à durcir, signe que l’homme l’excitait. Elle se rendit compte qu’elle aurait voulu faire l’amour avec lui. Elle se rappela la dernière pénétration, lente, profonde, les sensations qui allaient avec. Sa bite lui manquait, elle aurait voulu la sucer, s’empaler dessus. Mais plus encore, elle voulait se retrouver dans les bras de son homme, sentir son odeur, caresser son torse, son ventre musclé, son sexe. Patrice avait réussi sa mission : Alice était amoureuse. Des larmes coulèrent sur ses joues. Elle se réveilla très tôt. Elle pensa un peu à Bérénice et beaucoup à Patrice. Dormait-il encore ? pensait-il à elle ? Elle se leva, se doucha, s’habilla et peaufina son maquillage. Neuf heures n’avaient pas encore sonné qu’elle était déjà au restaurant de l’hôtel. Un grand sourire illumina son visage quand elle aperçut Patrice. Elle vint à sa rencontre mais Patrice la devança et lui fit la bise. - bien dormi ? lui demanda-t-il - oui, mentit-elle Ils prirent le déjeuner et Alice s’enquit du programme de la journée qui serait consacré à la visite du Musée d’Orsay et une ...
    promenade dans les jardins du Luxembourg si la météo le permettait. Patrice continua le jeu de rôle où il faisait la cours à Alice. Il la tenait par la main, parfois s’enhardissait pour la prendre par la taille. Alice jubilait. Elle était enfin avec son homme. Elle pensait aussi à Bérénice, mais aujourd’hui, elle était avec son mari. Et heureusement qu’elle portait sa cage, sans quoi son sexe aurait déformé sa jupe. Ils reprirent le train qui arriva avec presque une demi-heure de retard. Alice s’arrêta en bout de quai, prit Patrice par la taille. - j’ai passé un excellent week-end. On se revoit quand ? - tu viens demain soir ? - ouiii ! Avec joie. Je peux t’embrasser maintenant ? - oui ma chérie, dit-il. Malgré ses talons aiguille, elle dépassait à peine Patrice. Elle posa ses lèvres sur les siennes, jeta sa langue. Le baiser fut tendre. Alice s’écarta mais ne dit rien. Patrice comprit en voyant ses yeux brillants qu’il avait réussi son pari. Ils échangèrent un dernier baiser dans le parking de la gare et montèrent dans leur voiture. Alice était d’humeur joyeuse en arrivant chez le couple le lendemain. Elle s’était fait belle, très belle, soignant son maquillage. Bérénice le remarqua mais ne fit aucun commentaire. Malgré tout, elle les embrassa sur la bouche, laissant des traces de rouge à lèvres qu’elle gomma avec le pouce. - il faut que je vous parle, dit-elle sans préambule. Ils s’installèrent au salon, Bérénice et Patrice dans le canapé, Alice en face dans le fauteuil, sur le ...
«1234»