1. Fête de voisinage scabreuse .... 1/3


    datte: 06/10/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Georges, Source: Hds

    passe Paul ! ils ne sont pas tous à moi Zora à les siens aussi ! baissez vous et vous allez voir les poissons s’approcher, si vous trempez votre main dans l’eau ils vont venir la toucher, faites comme moi Faire comme elle, c’est facile, c’est de continuer à regarder les poissons qui l’est moins, Lydie est accroupie de l’autre coté du bassin c’est plutôt attrayant de voir ses cuisses pleines qui cachent a peine le triangle intime, dommage mais lorsqu’elle pose un genou sur les dalles un paradis se dévoile . Un tulle vert pomme recouvre un renflement qui laisse supposer qu’un bel abricot juteux se cache dessous, elle sait pertinemment que je vois son entrecuisse mais elle ne fait rien pour y remédier, au contraire elle balance son genou vers l’extérieur, a tel point que je distingue quelques poils follets bruns qui s’échappent sur les cotés - Vous voyez ? Ils tètent vos doigts ! ça chatouille ! - C’est marrant ! heureusement que ce n’est pas des piranhas, sinon adieu mon doigt ! - Vous savez, il existe des endroits ou l'on peut mettre ses doigts sans se faire mordre ! . Je n’ose répondre à cette blague douteuse alors elle trouve un autre prétexte pour revenir a la charge sur le sexe - A chaque fois ça me fait la même chose, ce bruit de fontaine me donne envie de faire pipi ! - Ne vous gênez pas pour moi Lydie ! - Si je ne vais pas de suite aux WC c’est ce qui va arriver ! venez vite La femme se dirige précipitamment a l’entrée du couloir, ouvre la porte des cabinets et, sans ...
    la refermer s’assied sur la lunette, par décence je reste a l’écart, si je venais en face me repousserait-elle ??? Une seconde plus tard le chuintement spécifique de l’urine qui sépare les lèvres avant de tomber en pluie au fond de la cuvette enchante mes oreilles, j’imagine sa minuscule culotte tirée à ses genoux écartés - Il était temps ! ça fait du bien - Si j’osais je demanderais bien la permission de faire pipi aussi, après vous bien entendu ! - Je m’essuie et vous laisse la place, je ne tire pas la chasse d’eau J’entends tout : le bruit du rouleau de papier qui se dévide, le frottement du bouchon de feuilles ouatées sur les lèvres afin d’en éponger les dernières goutes, un bruissement de vêtement et elle sort dans le couloir avec la jupe encore autour de la taille, je peux détailler à loisir la forme du string étroit qui habille ses hanches alors que sans se presser, avec ses deux pouces elle le remet bien en place sur sa motte - Voilà ! La place est chaude, soulagez vous a votre tour Paul Je suis obligé de la frôler en passant, elle soutient mon regard, je me suis retenu pour ne pas la prendre par la taille et lui rouler un patin d’enfer et le reste comme elle, sans fermer la porte je me poste devant la cuvette, relève la lunette, extrait difficilement mon membre qui commence à prendre de l’embonpoint, du coup il me faut quelques secondes avant que mon urine veuille bien sortir Soudain son corps brulant se colle a mon dos, sa tête posée entre mes épaules un bras enserre ...