1. Son patron m'avait indiqué qu'elle était lesbienne...


    datte: 09/10/2017, Catégories: fh, Collègues / Travail, Collègues / Travail, amour, facial, Oral, Oral, pénétratio, fsodo, hgode, hsodo, jouet, confession, fsodoh, bureau, Auteur: Starpom, Source: Revebebe

    Stéphanie était ma comptable externalisée depuis plusieurs années déjà. Une fille qui avait du chien et de la classe, un mètre soixante-dix environ, brune aux cheveux mi-longs, très mince, et toujours habillée avec goût et un rien de sexy. Et une bonne dizaine d’années de moins que moi. Au début, lorsque j’étais venu voir son patron pour négocier ses services pour ma SARL, il m’avait prévenu : — Pour le moment, je n’ai que Stéphanie de disponible pour votre société, mais c’est provisoire. Dès que je pourrai, je vous basculerai sur une autre comptable.— Pourquoi ? demandai-je.— Écoutez, elle n’aime pas du tout les hommes, toujours des conflits, et je ne lui confie que des clientes femmes. Ceci étant, elle est très efficace. Bon, ça commençait bien, il me mettait avec une femme qui n’aimait pas le relationnel, voire plus, avec les hommes. On verrait bien — Ok, va pour Stéphanie. S’ensuivit une longue conversation sur le montant de la lettre de mission, lesmodus operandi, etc. Deux ou trois années passèrent, et je n’eus qu’à me féliciter des services de Stéphanie. Nous nous vouvoyions toujours depuis le temps, bien qu’elle tutoie mes employés, et elle me prenait fortement la tête tous les mois de février et mars, en période de bilan. À deux reprises, son patron me proposa de me changer de comptable, chose que je refusai, car malgré son caractère, elle était vraiment très forte dans son métier. Parfois, même, elle m’engueulait carrément. Un chèque mal dirigé, un oubli de mention ... d’exonération de TVA, bref, toujours à râler. Puis arriva ce 7 juin mémorable. J’étais allé, comme tous les mois, déposer la compta à Stéphanie. Lorsque la secrétaire la prévint de ma présence, elle sortit de son bureau, et elle était magnifique. Une petite robe d’été assez courte, à mi-chemin de ses genoux et de son sexe, des talons hauts noirs. Comme d’habitude, elle me serra la main, puis m’indiqua le bureau d’accueil. J’entrai, et posai ma sacoche sur le bureau en verre, vierge de tout objet, mis à part le téléphone. Elle entra ensuite, et déposa quatre boîtes d’archives par terre. Je me posai du reste la question du pourquoi elle ne les posait pas sur le bureau. — Asseyez-vous, Olivier, me dit-elle en me désignant le siège situé en face du sien. J’ai un souci sur votre compta du mois dernier, j’ai un montant hors-taxes et ne trouve pas de facture d’export. Vous savez que c’est très réglementé, il faut être hyper vigilant ! Tout en commençant ses habituelles remontrances, elle posa les mains sur le bureau, et se pencha vers moi. J’avais une vue plongeante sur sa poitrine maintenue par un magnifique soutien-gorge noir. Bizarrement, plusieurs boutons de sa robe étaient dégrafés — En cas de contrôle fiscal, il faudra prouver que les marchandises ont bien quitté la France, et je ne trouve rien, pas de preuve d’envoi, pas de facture. C’est quoi, ce montant hors-taxes ?— Justement, Stéphanie, j’ai vu ça, et je voulais vous avertir que c’était une erreur, nous avons par mégarde ...
«1234...7»