1. Une mère de famille attentionnée


    datte: 10/10/2017, Catégories: Anal, Mature, Tabou, Auteur: G12, Source: xHamster

    Je m’appelle Séverine. J’étais une mère et une femme modèle, avec une carrière au top ; je suis devenue une véritable salope. Je vais vous narrer les différentes aventures qui me sont arrivées ces derniers mois et qui ont faits de moi un objet sexuel offerte à tous. C’est l’anniversaire de mon fils (voir histoire précédente) qui s’est transformé en un gangbang hors normes qui a radicalement changé ma sexualité et ma vie. Les jours qui ont suivis cette orgie, mon fils et moi n’avons eu que peu d’occasions pour nous retrouver car, même si mon mari était souvent absent et rentrait parfois tard du travail, mes autres enfants étaient souvent là. Moi-même je n’étais que peu disponible à cause de mon travail qui devenait de plus en plus prenant et allait vite m’accaparer encore plus, vous le constaterez bientôt. J’essayais de calmer le jeu avec Hugo qui était très demandeur de sexe, car je ne voulais pas que ça ne devienne pas une habitude. De plus, hors des moments d’excitation et de frustration sexuelle où je me masturbais jusqu’à l’orgasme en pensant à mon fils et à ses amis, je m’en voulais terriblement de ce rapport i****tueux et culpabilisais. Mais Hugo, lui, vivait cela très bien et ne manquait pas une occasion de me toucher, de me caresser ou de me pénétrer « à la Hussarde » alors que son père était dans la pièce d’à coté. Souvent cela se passait dans le couloir de la maison où il me plaquait contre le mur, m’embrassait fougueusement, enfilait sa main dans mon pantalon ... pour me doigter « vite fait » puis me libérait et continuait son chemin comme si de rien n’était. Si je le croisais alors que je portais une robe ou une jupe, il me retournait, me baissait la culotte, me lubrifiait en crachant dans sa main et me pénétrait sauvagement, faisait quelques aller-retour avant de se retirer. Une fois, il me dit que ce serait plus simple si son frère, Théo, était au courant, voire même participait, car nous pourrions faire ça dans leur chambre, plus tranquillement. Je ne savais pas s’il plaisantait ou était sérieux mais Hugo me faisait un peu peur… Je ne voulais pas être une mère se faisant tringler par ses 2 fils ! Hugo était en permanence excité et profitait « à fond » de chaque minute tranquille avec moi. Il me laissait souvent déboussolée et excitée et j’essayais alors de convaincre mon mari de faire l’amour. Les rares fois où il acceptait (à contrecœur) mes invitations, il me prenait sans conviction et donc sans plaisir pour moi, jouissait et repartait à son travail devant son ordi. Il me laissait ainsi souillée et frustrée. Ces quelques jours furent donc terribles pour moi car j’étais déchirée entre culpabilité et frustration sexuelle. Déchirée entre l’homme que j’aime mais qui ne voulait plus de moi et mon fils avec lequel je ne pouvais et ne devais rien faire mais qui était le meilleur amant que j’ai connu. Je devenais folle ! Mais la situation pris un nouveau tour un après midi où, ayant quitté le travail plus tôt, je suis allé chercher Hugo à ...
«1234...40»