1. Microscope


    datte: 11/10/2017, Catégories: fh, inconnu, parking, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, pénétratio, confession, voiture, Auteur: Unmotbleu, Source: Revebebe

    ses cuisses, sa bouche est envahie et sa poitrine se tend vers le plaisir ; elle est prise. Il se déplace vers le centre, caresse son visage et de la main gauche ouvre son pantalon. Il ne porte rien sous le jean et le sexe se détache dans l’air. Il est bandé, assez sombre et mat. Elle le voit porter sa main à sa bouche et y déposer de la salive. Il prend alors son sexe et commence à le parcourir de haut en bas, très lentement. Elle observe très attentivement le poing serré et aussi la tige de chair qui sort et rentre régulièrement, luisante. Quand il monte, elle voit les bourses suivre, le gland devenir foncé et gonflé. Quand il redescend, la peau s’étire et tout le sexe brille et s’épanouit. Elle est fascinée par ce mouvement régulier. Elle ne regarde absolument pas le visage de l’homme mais son sexe seul. Quand l’autre main imprime une légère pression dans ses cheveux, elle se laisse aller à l’invitation. Elle approche les lèvres et dépose un baiser juste en dessous du sommet. Elle y donne aussi un coup de langue. L’homme tient le bas de son membre, serré dans son poing et le sommet est sous pression, tendu. Elle-même continue encore à se caresser, mais cette fois, elle a glissé la main sous le tissu de la culotte. Son sexe coule et ses doigts glissent facilement. Elle ne fait que maintenir le plaisir assez près pour en profiter mais un peu à distance, pour ne pas jouir une tension en diagonale, patiente. Elle prend le sexe dans son entier, elle l’avale. Elle a toujours ...
    adoré s’occuper totalement de la chose, la tenir complètement au chaud, l’envelopper d’une humidité généreuse, comme cela sera le cas quand il baisera son sexe. Quand la lumière éblouissante a explosé, elle n’a pensé à rien et continué sa tâche. Le véhicule est passé devant eux, tous phares allumés, saisissant pendant une fraction de seconde, l’ombre de leur coït sur le mur du parking, telle un spectacle érotique chinois. Puis la lumière a baissé comme elle était arrivée. La voiture s’était arrêtée plus loin. Les portières ont claqué et les pas se sont rapprochés. Lui n’a prononcé aucun son, mais ses gestes et son regards sont restés précis : continue. Les pas se sont arrêtés à quelques mètres, on devinait l’hésitation, un temps suspendu. Son regard à elle n’ose bouger. Elle reste focalisée sur le pénis de l’homme. Il s’est alors retiré de sa bouche, sourire, et s’est assis à l’arrière. Le déshabillage dans l’habitacle est toujours hasardeux, mais c’est le résultat qui compte ! Il est nu, intégralement, et elle le découvre ainsi. Il va jusqu’au bout. Quand il a contourné le véhicule, elle l’a suivi du regard. Son corps apparaît à peine dans l’obscurité, mais au passage, elle a saisi le regard d’une femme, la voyeuse, pense-t-elle. Elle s’est arrêtée et se contente de regarder, fascinée. Quand l’homme se penche sur elle, entre ses cuisses, elle croise l’inconnue du regard. L’autre, interloquée la questionne et elle, perdue, la rassure, l’invite à la compréhension, justement. Et ...