1. Chaleurs d'Algérie


    datte: 11/10/2017, Catégories: f, h, voisins, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, fmast, hmast, nopéné, Auteur: Michel Mohammed, Source: Revebebe

    La chaleur était étouffante. Depuis quelques jours le petit air frais de fin de journée ne venait plus soulager les femmes et les hommes transpirants. Les nuits et les jours ne se différenciaient plus, toujours au-dessus des 30°. Il ne me restait plus qu’à allonger mon corps nu sur le lit traversé de courants d’air et attendre que ça passe. L’ennui m’envahissait. Des pensées sensuelles se promenaient dans mon esprit. Des corps de femmes nus, des robes soulevées, ma main caressant la culotte en dentelle noire d’une femme voilée, l’autre main lui cachant la bouche pour qu’elle ne fasse pas de bruit, mon sexe dur collé contre sa cuisse. L’Algérie me faisait tourner la tête. Pendant que l’excitation de ces images me faisait dresser la queue j’eus envie d’utiliser l’un de mes jouets préférés, mes cockrings. Ces anneaux bien serrés autour de mon sexe pouvaient m’amener à un plaisir exquis et je comptais bien en profiter. J’allais discrètement les chercher dans la salle de bain pendant que ma colocataire dormait la porte ouverte, un petit coup d’œil au retour accentua mon érection. Elle dormait torse nu et un de ses seins dépassait du dessus du drap. J’eus une violente envie de pencher mon chibre au-dessus de son visage, de me branler et de jouir sur elle. Je commençais à me caresser devant sa porte. Mon sexe était rouge, dur et de grosses veines le traversaient dans la longueur. Je me décalottais pour laisser mon gland à l’air libre, commençais à prendre mes couilles dans une main ...
    et à tirer la peau de ma bite brûlante vers le bas en faisant un anneau autour de la base à l’aide de mon autre main. La peur qu’elle se réveille et l’excitation visuelle me donnaient envie d’exploser de jouissance. Pour ne pas aller trop vite, prendre le temps de faire monter le plaisir, je me branlais juste le gland en faisant glisser la peau dessus, des petits mouvements de va-et-vient en apparence anodins mais qui pouvaient m’amener avec un peu de temps à une jouissance très forte. Soudain elle fit un mouvement dans son sommeil et je me précipitais vers ma chambre sur la pointe des pieds. Quelle excitation terrible ! Je me sentais fébrile et restais quelques temps derrière ma porte fermée pour écouter. Elle s’était rendormie. Malgré une furieuse envie de revoir ce beau sein furtif je restais dans ma chambre. Allongé sur le lit je prenais le temps d’installer mes anneaux magiques, ma queue avait un peu ramolli et cela facilitait l’opération, mais à chaque anneau posé une montée terrible d’excitation me faisait durcir, il fallait faire vite maintenant. Je ne pouvais plus attendre. Le volet de ma fenêtre n’était pas complètement fermé et malgré le vis-à-vis je laissais le soleil entrer. Et les regards indiscrets ? Mes petits jouets me donnaient l’impression que mon sexe était prêt à exploser, je me branlais d’abord avec 2 doigts juste en dessous du gland, en regardant mon sexe rouge et veineux, mon autre main venant caresser mes couilles grossies par l’anneau qui les tenait. ...
«123»