1. Le monstre court en ville


    datte: 12/10/2017, Catégories: fh, frousses, Oral, pénétratio, humour, québec, fantastiq, Auteur: Ingyt, Source: Revebebe

    Résumé : Nos amoureux ont été invités, chacun de leur côté, à une grande fête médiévale en bordure de la rivière. Paul y est mal accueilli par les sbires du maire qui veulent le mettre au cachot, mais il réussit à leur échapper et, par hasard, à même se faire passer pour l’un deux en revêtant une armure. Et puis il apprend que c’est contre sa belle Marie qu’il doit combattre, un combat amical, en principe. Mais, le prenant pour un autre elle lui apprend qu’elle couperait volontiers la tête de son chum parce qu’il baise avec la femme du maire. Et juste avant le combat, elle découvre que c’est Paul qu’elle va affronter. Elle manque le tuer, pauvre lui, mais tout finit bien et celui-ci saute sur l’occasion pour la demander en mariage. Marie était étendue sur le dos dans notre lit mains sur les seins qu’elle se caressait, jambes écartées, genoux relevés ; et ne portait qu’un collier imitation 13e siècle. Moi j’étais sur le ventre entre ses longues cuisses fermes et j’agaçais son clitoris sorti de sa cachette du bout de la langue en l’écoutant gémir faiblement. Et je prenais mon temps, j’adore lui faire plaisir à ma belle grande bombe. Ensuite, je léchai son sexe de haut en bas jusqu’à l’anus en le titillant au passage ce qui la fit frémir, soupirer et serrer les fesses. Puis j’embrassai l’intérieur des cuisses, le pourtour de sa vulve et revins à son petit bouton que je mordillai tendrement avant d’enfoncer ma langue raidie dans son vagin chaud et humide. Nous étions revenus ...
    exténués et courbaturés de la foire médiévale en fin d’après-midi. Après le duel et après avoir repris conscience, je m’étais tapé deux bières glacées tandis que deux charmantes donzelles me nettoyaient le visage et pansaient mon front en riant. Peu après, il y avait eu un grand dîner au bord de la rivière, de produits naturels évidemment, servi par nos aubergistes, suivi par différents spectacles, dont un de magie de Dame Viviane qui nous avait tous stupéfiés. À peu près tout le monde nous avait congratulés pour le combat et les futures noces, sauf le maire, on s’en doute. Disparu le bougre avec ses sbires et tant mieux. Il avait dû se faire à l’idée qu’il ne marquerait pas avec ma belle, en tout cas je l’avais surveillée de près, ma princesse, même ce sympathique Thor avait gardé ses distances. En après-midi, il y avait eu une grande bataille à laquelle je n’avais pas participé à cause de mes couilles, mais Marie s’en était donné à cœur joie. Moi, j’avais ingurgité quelques cervoises et du vin miellé avec Drelin, Drelin. Un fin conteur d’histoires grivoises de l’époque des croisades. Stupéfiant ! Une fois de retour, on avait pris un fabuleux bain chaud, ensemble cette fois. Marie m’avait toisé drôlement en découvrant les nombreuses morsures qui parsemaient mon délicat corps d’athlète meurtri puis avait éclaté de rire après que je lui eus raconté ma petite aventure avec la reine-tigresse dans son arrière-boutique. Ensuite ce fut un bon souper et là Bingo ! Comme prévu, enfin ...
«1234...11»