1. Une semaine difficile


    datte: 14/10/2017, Catégories: fh, rousseurs, extracon, copains, hotel, Collègues / Travail, voiture, collection, Oral, Oral, pénétratio, fdanus, fsodo, totalsexe, extraconj, Auteur: Steve, Source: Revebebe

    Dimanche matin, 5 h 30 ; je m’éveille naturellement, comme tous les matins. Je suis sur le flanc ; je commence à reculer délicatement pour ne pas éveiller ma femme, qui dort à mes côtés sur ce clic-clac inconfortable. Rien à faire : elle me sent bouger et émet un gémissement désapprobateur tout en me rattrapant avec son pied. J’ai compris. Je viens me coller dans son dos. Cette fois, le gémissement est de contentement. Je dors nu, elle a juste un tee-shirt. Évidemment, mon corps contre le sien, mon sexe contre ses fesses et mon désir se manifeste en quelques instants. Elle aime cela. Elle commence à onduler du bassin, je me frotte de plus en plus amplement. Au bout d’un moment, elle s’écarte de moi, prend mon sexe entre ses doigts et le présente à « l’antre du diable » (c’est le nom que je lui donne depuis toujours) et je l’enfile doucement jusqu’à la garde, elle s’est enfoui le visage dans l’oreiller pour étouffer ses soupirs, nous sommes à la mer, dans un petit appartement, dans le salon, les beaux-parents dorment dans la chambre à côté, cela me gêne un peu, pas envie de leur faire comprendre que leur fille et moi on aime cela (c’est bête). Je commence un lent va-et-vient, je glisse ma main sous son tee-shirt et empoigne un sein que je caresse doucement, bientôt, c’est elle qui impose le rythme, je la sens accélérer, le souffle court, elle m’enserre une jambe, c’est le signal, elle va venir, elle adore me sentir, son sein devient dur comme la pierre et je me laisse aller, ... je me déverse en elle en retenant mes grognements de satisfaction. On ralentit, on retourne au calme, je m’arrête, je savoure ce moment, je lui caresse doucement le dos. Au bout de quelques minutes, elle me tend un Kleenex, je sors. Je l’embrasse, on se souhaite bonne journée, elle se rendort. Cela fait 30 ans que nous sommes ensemble, 30 ans que de nombreux matins j’ai la chance d’avoir ce genre de réveil et ce n’est qu’un apéro, quand nous sommes seuls, elle se déchaîne et nous avons des heures de sexe sans tabous. Je suis un homme heureux et chanceux, je le sais. Bon ce n’est pas tout cela mais la journée sera longue, 120 km de voiture pour rejoindre les hauteurs de Nice où j’ai rendez-vous avec des amis pour une ballade en vélo. (Le col de Vence !) Terminée la ballade, retour chez les amis, on mange une méga-salade et puis un peu de relax au bord et dans la piscine. 15 heures ! Je dois y aller. Je reprends la route, je m’arrête à 50 km de la maison, j’ai rendez-vous avec Suzanne, une amie de longue date, qui ne réussit jamais à trouver l’homme de sa vie, je la retrouve sur la plage, elle est toujours aussi désirable, 51 ans, comme moi, une vraie rousse, un corps d’une belle femme de 35 ans, elle était dans l’équipe nationale de ski alpin, elle n’a jamais arrêté de s’entraîner, alternant natation, course à pied et ski (en saison). Elle m’invite chez elle, pour un thé. Nous sommes très pudiques, mais nous savons très bien comment cela va se terminer, arrivés chez elle, elle ...
«1234...»