1. L'Aurore d'une autre vie (13)


    datte: 17/10/2017, Catégories: Inceste, Auteur: Zeltron,

    n'osa pas aller plus loin et restait sur mon bout à lui donner de petits baisers réservés, avant de s'écarter et de me regarder avec des yeux de petite fille. — Tu sais vachement bien imiter la timide, t'es trop chou comme ça ! lui fis-je amusé. — Est-ce que tu veux que je redevienne l'Aurore que tu connais ? Celle qui "suce incroyablement bien" ? — Toute à l'heure. Pour l'instant j'ai très envie de t'embrasser et te caresser l'entrejambe. — Je t'en prie. Et hop, en quelques secondes je me retrouvai la tête entre ses cuisses à sucer et lécher avec gourmandise son bouton de rose. Ma cousine y fut très réceptive et me passait la main dans les cheveux avec de langoureux soupirs en remerciement. Sous mes mains, le frisson de ses cuisses se faisait sentir de plus en plus nettement ; Aurore ferma également ses jambes sur mes joues, ses deux mains à me caresser les cheveux et la voix miaulant de plaisir, elle languissait au plus haut point et j'entendais sous ces râles aigus la volonté de passer à l'acte. En me retirant de l'emprise de ses chaudes cuisses, je déroulai un préservatif le long de ma hampe et salivai dessus pendant qu'Aurore se mit à quatre pattes ; un peu de salive sur son clitoris pour s'assurer de la bonne humidité, j'écartai ses lèvres pour optimiser l'entrée, j'approchai mon gland et doucement, ma chose entra dans sa caverne aux merveilles. Ce même frisson que j'avais éprouvé à notre première fois me reprit à cette pénétration, la chaleur traversa rapidement le ...
    préservatif et je pris le temps de chercher les sensations de ce contact avant de débuter les va-et-vient. Mes mains, pendant l'acte, pétrirent ses fesses, les écartèrent un peu parfois pour avoir une merveilleuse vision du coït, voir mon sexe régulièrement disparaître dans une vague de plaisir. Aurore se mit sur le dos après quelques minutes, et après m'être réintroduit en elle, mon rythme passa en peu de temps du mouvement calme à une tempête sexuelle, mon corps claquant contre le sien et mes testicules tapant entre son clitoris et son anus. J'allais, par coups fermes, le plus au fond de son sexe, je la baisais avec une vigueur presque machiste et elle aimait ça. De temps à autres, nous arrêtions la folie enragée pour reprendre notre souffle et redécouvrir un peu la douceur d'un mouvement lent et délicat. Nous nous installâmes sur le côté, moi derrière elle. Aurore avait fermé ses cuisses et je fis glisser ma verge entre ses lèvres serrées ; le plaisir n'en fut que plus grand et je tentais de nous regarder unis dans ce moment. Alors que mes mains pétrissaient avec tendresse ses seins et que mon pubis touchait régulièrement ses fesses, ma verge me surprit en s'emballant et en faisant couler la semence. Le plaisir fut très fort, certes, mais j'en fus malgré tout assez surpris. Mais je n'avais pas tiré "trop tôt" pour autant, nous avions passé plusieurs minutes assez intenses et l'éjaculation n'était donc pas arrivée à un moment inopportun. Ma cousine et moi nous regardâmes et ...
«1...3456»