1. Une famille bien recomposée (11)


    datte: 22/10/2017, Catégories: Inceste, Auteur: kikou_boy,

    Amélie et Norman dans une, Mathilde et moi dans l’autre. Heureusement que dans chaque chambre se trouve une télévision, car à peine deux minutes après, on entend déjà les gémissements de Marie et je peux vous dire, que je les connais bien. Je monte le volume du film que nous regardons, une romance avec Julia Roberts et Richard Gere. Le son camoufle à peu près les bruits de la chambre d’à côté. Avec Mathilde, on se câline, on s’embrasse, je la tiens dans mes bras, et elle se love contre moi, laissant sa tête se reposer contre son épaule. La scène finale du film où Richard Gere monte à cheval pour rejoindre sa belle la fait fondre à chaque fois. Elle verse même sa petite larme. Je lui dis qu’elle aussi a son prince charmant, avec son beau glaive. Elle sourit et pouffe de rire à l’idée qu’elle se fait de mon double sens. Elle me dit : - Ah bon, mon beau et preux chevalier pourrait-il exister en chair et en os ? me demande-t-elle, sous la forme d’une provocation. - Oui, il existe bel et bien, il est là pour te faire plaisir. - Peut-être, mais le rôle d’un chevalier est avant tout de protéger sa princesse, me rétorqua-t-elle, en m’embrassant coup par coup. - Et je ne t’ai pas sauvé la vie tout à l’heure en évitant l’accident avec le chauffard de cet après-midi ? - C’est vrai que tu nous a évité le drame. Je m’excuse, beau chevalier. - Je ne sais pas si je vais accepter vos excuses aussi simplement que cela Princesse. - Et que dois-je donc faire ? demanda-t-elle en passant ses ...
    jambes de chaque côtés des miennes. - Je ne sais point, usez de votre grâce princière pour nettoyer mon honneur bafoué que VOUS avez sali. - L’honneur d’un chevalier se traduit par sa maitrise de soi et ses capacités au combat. Mais alors, si vous êtes vraiment un chevalier digne de ce nom, vous savez manier l’épée, n’est-il pas ? - Quel chevalier serai-je si je n’en étais pas capable ? Il est de mon devoir de vous le prouver Princesse. - Je n’en attends pas moins de vous. Après ce nouveau double sens, elle fait passer le drap par-dessus sa tête et commence à me retirer mon bas de pyjama. Elle se saisit de mon sexe et laisse ses doigts coulisser dessus lentement et doucement. Ces caresses sont légères, elles commencent à me donner quelques frissons. Partant de la base pour remonter jusqu’au gland, sa main devient de plus en plus habille au fur et à mesure de la rigidité de ma bite. Mais elle n’en reste pas là. Au bout de quelques secondes, je sens ses lèvres se poser délicatement sur mon méat, elle dépose quelques baisers soufflés sur le bout de mon sexe tout en continuant sa caresse, cette attente et interminable, je sens qu’elle n’est pas presser d’en finir mais j’ai envie de passer à la vitesse supérieure. Elle a dû s’en douter car elle passe maintenant sa langue sur ma colonne de chair et entoure mon gland de ses lèvres humides. Cette sensation est comme à chaque fois irrésistible. Elle sait s’y prendre avec les hommes. Cette succion est divine, sa main devient de plus en ...