1. Cinéma l'Amour 2


    datte: 25/10/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Gay, Auteur: faucon, Source: xHamster

    Nous sommes toujours au milieu des années 80. Depuis quelques années, je ne fais plus l'amour avec ma femme. J'ai plutôt opté pour des relations sexuelles avec des prostituées et en particulier avec une prostituée qui s'appelle Manon. Je l'ai aimée et je me souviens encore d'elle après tant d'années. Il n'y avait pas que l'argent entre nous bien que je la payais à chaque rencontre. Elle m'a procuré des relations sadomasochistes pendant plus d'un an. Mes ressources financières s'étant taries, après quelques mille dollars dépensés en rencontre de toutes sortes, je me rabat, pour satisfaire mes besoins sexuels anormaux, vers des PeepShow et vers des cinémas pornos dans lesquelles les relations sexuelles avec des hommes ne coûtent rien. À l'époque, il y a deux cinémas pornos sur St-Laurent entre Ste-Catherine et René-Lévesque et un autre sur Ste-Catherine à l'est de St-Laurent. Ces cinémas n'existent plus Par contre, le cinéma l'Amour se trouve situé sur St-Laurent mais un peu plus au nord de la rue Sherbrooke. Je suis dans le début de la quarantaine et j'occupe un poste de conseiller pour une société d'état: je me dois donc d'être toujours bien mis: port du veston, de la cravate et des souliers toujours bien propres. Chaque matin, avant de partir de la maison pour le bureau, je prends une douche, je me lave les cheveux et je poudre mes pieds. Ce n'est pas que je transpire des pieds, au contraire, Éva, une des maîtresses que j'ai fréquentée me disait que je portais toujours de ... beaux souliers et que mes pieds étaient propres et sentaient bons. À plusieurs occasions, Éva m'a retiré mes souliers, mes bas; elle m'a caressé les pieds et me les a même léchés. Dans le genre d'établissement qu'est le cinéma l'Amour, je deviens une cible de choix pour une clientèle qui est composée d'hommes, je dirais entre soixante-cinq et soixante-quinze ans. J'attire entre autre les hommes qui fantasmes sur les pieds. Ces hommes ne sont pas homosexuels: ils sont plutôt vicieux et pervers. Une fois dans l'atmosphère sensuel de ce cinéma, je ne peux absolument pas rés****r aux avances des hommes qui m'abordent: même que je les recherche. Je me rend donc à mon cinéma favori. Il est midi trente lorsque j'entre dans le cinéma. Il fait toujours aussi sombre, mais cette fois, je ne devine pas, comme la dernière fois, la présence d'hommes dans la partie arrière du cinéma. Je laisse à mes yeux le temps de s'adapter puis je vais m'asseoir sur un siège au centre de la dernière rangée de sièges. Tout en allant m'asseoir, je jette un coup d'œil aux images du film projeté. L'action du film commence déjà à m'émoustiller. Je suis à peine assis que je porte ma main gauche à la braguette de mon pantalon. Mon pénis prend déjà de bonnes proportions. De la main droite, je dénoue la ceinture de mon pantalon, je détache le bouton du haut et je baisse le fermoir éclair de ma braguette. J'entrouvre ensuite le devant de mon pantalon et je glisse ma main gauche sous le devant de mon caleçon. Je le ...
«1234»