1. Initiation d'une jeune bourgeoise -7 -


    datte: 26/10/2017, Catégories: Lesbienne, Partouze, Première fois, Auteur: jack64410, Source: xHamster

    Initiation d'une jeune bourgeoise - 7 - Voila donc Sandra et Camille face à face , à genoux, le buste droit. Elle nous regardèrent interdites. L'ordre fusa. -- Caressez vous les seins ! Ma femme, la première, tendit le bras et ses doigts vinrent titiller les pointes de sa vis à vis. Son amie l'imita vite et leurs mains firent connaissance de leurs tétons qui se dressèrent. Des frissons de plaisirs, d'émois, les parcoururent. La chair de poule vint greneler leur épiderme . Leurs regards se firent troubles et Eric et moi nous amusâmes beaucoup à regarder leurs émois. Elles avaient manifestement envie d'aller bien plus loin que le simple pelotage que nous leurs avions ordonné. -- Vous êtes trop loin l'une de l'autre. Rapprochez vous ! Elles ne se le firent pas dire deux fois et dans un élan commun elles se retrouvèrent si près l'une de l'autre que je ne pus m'empêcher de leur ordonner de s'embrasser. Leurs yeux clos, leurs bouches se trouvèrent, leurs lèvres s'entrouvrirent et leurs langues se mêlèrent. Tout naturellement elles s'enlacèrent , sensuellement , amoureusement presque, comme seules les femmes peuvent le faire A partir de cet instant et pendant de longues minutes, nous , leurs hommes, n'existâmes plus. Emportées par leurs sens, leurs barrières tombèrent et , pour la première fois de leur vie, elles goutèrent aux plaisirs de Sapho. Blonde et Brune s'entremêlèrent , chacune goûtât les saveurs de l'autre et elles ne firent bientôt qu'une, semblant s'être toujours ... connues. Des doigts féminins parcoururent des contrées vierges de toute caresses du même sexe, des langues s'enivrèrent de parfums intimes. Chacune, à tour de rôle, découvrit le bouton de l'autre qu'elle titillât avec passion. Leur orgasme simultané , fort, bruyant, survint alors qu'elles s'étaient positionnées en un 69 des plus évocateurs. Elles mirent quelques minutes à revenir parmi nous et quand elles s'aperçurent que nous les admirions, mi étonnés, mi excités, elles semblèrent gênées de s'être ainsi laisser emporter. Couchées côte à côte, elles n'osèrent pas se regarder. Ne voulant pas gâcher un moment si important, je demandai à Sandra de prendre Camille par la main et de la conduire à la salle de bain pour une douche réparatrice. Elles furent soulagées qu'on leur ordonne ainsi de rétablir un contact physique et nous les vîmes partir souriantes. Eric et moi finîmes pas trouver le temps un peu long quand , une vingtaine de minutes plus tard, elles ne revinrent toujours pas. -- Allons voir ce qu'elles fabriquent, me dit il. Je le suivis et il nous conduisit devant la porte entre ouverte de leurs salle d'eau. Il jeta un coup d'oeil dans la pièce et , me faisant signe d'être discret , il me laissa la place. Je découvris , à travers l'eau ruisselant sur la paroi de la douche à l'italienne, nos deux épouses s'embrassant à pleine bouche et se caressant avec passion. Nous les laissâmes entre elles et au retour dans le salon, il me dit : -- Tu crois qu'on pourrait aller plus loin ? -- ...
«123»