1. Jeanne la bénévole


    datte: 30/10/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Mature, Partouze, Auteur: trouchard, Source: xHamster

    Avertissement : Cette histoire contient des situations de contraintes et de gang-bang. Si vous n'aimez pas, ne perdez pas votre temps à lire. Merci :) Jeanne MARTIN lissa sa jupe. En ce dimanche d’été, le soleil était brulant. Elle aurait préféré ne pas être en extérieur avec ce temps-là. Mais il était de son devoir de bonne catholique de faire du porte à porte après la messe pour aider les gens. Aujourd’hui, trois portes lui avaient claquée au visage après qu’elle se soit présentée. Elle était nerveuse et découragée. Léa, sa seule amie à la paroisse lui avait recommandé de faire des gâteaux : - Les gens sont plus aimables et plus réceptifs si vous leur offrez des gâteaux. Mais, à la deuxième maison, le locataire lui avait arraché la boite de gâteaux avant même qu’elle ouvre la bouche. Elle hésitait à aller frapper à une quatrième maison. Elle n’était pas douée pour le porte à porte. Elle aurait aimé que Léa soit là pour l’aider. Alors qu’elle approchait de la maison voisine, Jeanne n’était pas à l’aise avec ses talons, sa jupe noire et son chemisier blanc. En partant de la maison ce matin, elle s’était habillée de façon stricte. Mais la chaleur torride l’avait obligée à retirer sa veste et à ouvrir quelques boutons de son chemisier, révélant plus de peau qu’elle n’aurait voulu. Naïve, elle ne se rendait pas compte que ses gros seins pales enfermés dans un petit-soutien-gorge étaient visibles et luisants de sueur. Sa jupe était un peu trop courte et elle collait ses ... jambes. Elle était à peine suffisante pour couvrir le haut de ses bas et les lignes de sa culotte étaient marquées sur ses fesses. Ses talons galbaient ses jambes. Avec ses lunettes et ses longs cheveux bruns tenus en chignon, elle était l’incarnation d’une femme d’affaire sexy. - Je ferais mieux d’abandonner. Se dit-elle Mais elle monta les marches de la maison. Des chiffres rouillés indiquaient « 45 » mais il y avait une marque qui montrait qu’il manquait un « 6 ». - Je ne suis peut-être pas dans le bon quartier. La paroisse avait divisé la ville pour ses bénévoles. Jeanne avait choisi un des quartiers dans les plus vieux où ses collègues ne voulaient pas aller. Elle était désolée que personne ne se soit inscrit pour l’accompagner, mais elle ne pouvait les blâmer. Le quartier était vieux et la population difficile d’approche. D’ailleurs, ce quartier était évité par les autres bénévoles depuis qu’Agathe, une jeune fille de 18 ans, en été revenue enceinte. Ses parents affirmaient qu’elle avait été violée. Et bien qu’Agathe n’ait jamais raconté ce qui lui était arrivée, elle avait nié avoir été violée. Personne n’était revenu dans le quartier depuis, Jeanne était la première depuis un an. Elle frissonna en essayant d’imaginer ce qu’Agathe avait pu subir, surtout qu’elle avait le même âge que sa fille Amandine. Quand elles étaient ensemble en public, les hommes de tous âges les observaient. Elle avait laissé sa fille à la maison ce matin alors qu’elle allait à la messe. Elle aurait ...
«1234...8»