1. Souvenirs d'une autre vie (2)


    datte: 31/10/2017, Catégories: Inceste, Auteur: Charline88, Source: Xstory

    Un trop bon Fils Comment les choses interdites peuvent arriver ! La mauvaise conscience aussi ! Maryse Sylvain m’a déposé devant notre portail ! Je suis sûre qu’il attendait que je lui demande de venir cinq minutes à la maison. Mais non ! Rien ! Je ne sais pas si Yohann est rentré et puis, le charme est rompu. J’ai un instant suivi du regard les feux arrière de la berline qui remontait vers le col. La soirée m’a fatiguée et je n’ai qu’une hâte, retrouver mon « chez moi ». Encore cette fichue lanterne au-dessus de la porte qui ne veut pas fonctionner. Je dirai à Yohann de regarder cela demain ! Ouf ! Le bonheur du calme de ma maison. La voiture de mon fils n’est pas là. Il n’est pas rentré. Je crois que j’ai besoin d’un moment de tranquillité. Dans mes oreilles, il y a encore le vacarme de la boite de nuit et surtout, il me semble sentir encore contre ma cuisse, contre mon ventre, cette chose dure qui m’a donné des sueurs chaudes. Le salon est là qui m’attend. Je craque l’allumette qui va me mettre un peu de feu dans la cheminée et pendant que les flammes minuscules prospèrent, je vais en profiter pour me doucher. L’eau est aussi mon plaisir. J’adore la sentir couler sur ma peau, glissant de mes cheveux à mon dos, dégoulinant le long de mes jambes. Tiède, bonne, c’est une source de bienfait pour mon corps las et fatigué. Après cette toilette rapide, une nuisette termine ma préparation nocturne. Je reviens vers le salon où la chaleur est déjà suffisante pour que je supporte ma ... quasi-nudité. D’un index souple, j’appuie sur le bouton de la télécommande et les images jaillissent du poste de télé. Comme c’est bon de se retrouver dans son environnement normal J’ai remis une bûche sur les braises et fermé le tirage. La douce chaleur qui m’entoure, le ronron du film qui passe dans le poste et je m’endors, allongée sur le canapé. Mes rêves sont peuplés des rires de Pauline, des risettes de mon fils et je suis des yeux ce Sylvain qui me frotte le dos. Il me caresse les seins devant tout le monde sur la piste de danse. Je ris, je le laisse faire et les clins d’œil de mon amie qui flirte ouvertement avec son « Tarzan » me donnent des idées. C’est idiot, mais j’ai une vraie envie de faire l’amour et peu importe le partenaire du moment. C’est fort, c’est violent et la tête de mon complice n’est pas toujours la même Je sens partout des mains qui me parcourent la peau ! Pourquoi suis-je si nue ? Curieusement je ne vois aucune des figures des gens qui me caressent. La seule certitude qui me reste, c’est que j’aime cela, que j’apprécie et je ronronne comme une chatte. Puis ce sont des phallus qui pointent tous vers moi, certains vers ma bouche, d’autres vers mes seins, et les derniers vers mon entrecuisse largement ouvert. Des mains se tendent pour me retenir dans la position allongée, mais aussi bizarre que cela puisse paraitre, je ne cherche pas à échapper à ces queues qui bandent partout autour de ma petite personne. Puis il y a cette voix, je le reconnaitrais ...
«1234...20»