1. Le premier jour


    datte: 04/11/2017, Catégories: f, h, fh, Collègues / Travail, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Hardi7273, Source: Revebebe

    Je me présente, je m’appelle Bernard, je mesure 1,83 m et je pèse 80 kg. Je fais un peu de sport (de la muscu et du fitness notamment) pour essayer de me maintenir en forme. L’histoire que je vais vous raconter s’est passée il y a plusieurs années maintenant, mais je la conserve dans mon souvenir avec beaucoup de tendresse car elle a été le point de départ de ma vie actuelle. À cette époque-là donc, j’étais directeur des ressources humaines dans une entreprise d’un peu plus de deux cents personnes. J’avais 28 ans et j’étais très fier d’avoir réussi à obtenir ce poste si jeune, après quelques années comme adjoint. Pour faire ses armes et se préparer, notre PDG, Jean-Pierre, avait longtemps travaillé dans la succursale des États-Unis avant de prendre la suite de son père. À la mode américaine, il tenait beaucoup à ce que tout le monde s’appelle par son prénom et se tutoie. Si cela m’avait un peu gêné au début, je m’y étais vite mis et en fin de compte, j’avais fini par trouver cela très sympa. Au début de cette histoire, j’étais seul. En effet, j’avais vécu une grande histoire d’amour avec une femme durant un peu plus de cinq ans mais elle m’avait quitté trois-quatre mois plus tôt. Il faut dire que je suis quelqu’un d’assez timide et réservé qui a besoin de montrer son amour et qui a besoin qu’on le lui montre. J’aime faire de petits câlins tout au long de la journée, une caresse dans les cheveux en passant près de celle que j’aime, un petit bisou dans le cou, rester dans ... ses bras ou la prendre dans les miens sans rien faire d’autre que de profiter de sa présence. Malheureusement, Isabelle, elle, était beaucoup plus pragmatique et, sauf quand elle avait envie de faire l’amour, ce qui arrivait souvent et qu’elle faisait d’ailleurs très bien, elle était très vite agacée par mes petits câlins et de son coté, elle n’en ressentait pas du tout le besoin. Je le lui reprochais parfois et elle le prenait toujours très mal. C’est comme cela qu’un soir, en rentrant du travail, j’ai trouvé l’appartement vidé de ses affaires et un mot laconique me disant qu’elle me quittait pour aller vivre avec un autre homme. De mon côté, j’en étais fou amoureux et j’avais énormément de mal à m’en remettre et surtout à l’oublier. Je n’avais guère envie d’avoir des aventures avec d’autres femmes et, après une ou deux rencontres d’un soir qui m’ont conforté dans l’idée que j’étais plus l’homme d’une femme qu’un grand dragueur, j’ai arrêté et suis resté seul. Me sentant mal dans cet appartement où nous avions vécus tous les deux, j’ai déménagé et repris un autre appartement du côté de Coulommiers. N’ayant que peu de trains pour rentrer le soir et ne désirant pas courir pour avoir celui qui partait vers 18 h 30 pour ensuite me retrouver seul chez moi, j’avais demandé à mon patron l’autorisation de rester au bureau, pour travailler sur mes dossiers et prendre tranquillement celui de 20 h 15 sans être obligé de traîner deux heures dehors si j’avais raté mon train. En tant que ...
«1234...9»