1. Éveil à la sexualité


    datte: 04/11/2017, Catégories: f, fh, ff, jeunes, Inceste, vacances, plage, odeurs, fmast, Oral, confession, initiatiq, prememois, initff, fhomo, plage, Auteur: Moivirg,

    aventures avec Fabien au cours de l’été dernier. Lui disant que j’avais trouvé cela très bien mais que je voulais aussi savoir si avec les filles, c’était bien. Elle m’a raconté ce qu’elle faisait avec sa copine. Nos jeux de plage s’en sont trouvés modifiés ainsi que nos rapports. Nous étions sans cesse à nous rapprocher. Nous échangions des gestes, des caresses, nos mains se frôlaient. Nous nagions ensemble et restions l’une près de l’autre dans l’eau. Nos mains se découvraient. Mélanie osait aventurer sa main vers mon entrecuisse me disant de faire de même. Une fois, nous nous sommes dévêtues dans l’eau. D’une main nous tenions nos maillots et de l’autre, nous avons investi nos corps. J’ai palpé ses seins petits il est vrai mais doux. Pendant ce temps, Mélanie m’a glissé un doigt sur mafentine. J’ai adoré. Je tressaillais à chaque passage. Nous avons échangé un baiser mais les choses en sont restées là. Ce qui n’est quand même pas mal. Nous avons retrouvé nos serviettes, très complices. Nous nous sommes engagées sur la dune pour trouver un coin tranquille afin de mieux de nous explorer. J’ai connu la saveur de mon premier sexe féminin étranger (je connaissais le mien). J’ai goûté au doigt de Mélanie en moi. Elle m’a fait jouir en un tour de main et moi après, je l’ai aussi fait jouir mais avec ma langue comme me l’avait fait Fabien la première fois. Nous nous sommes rassasiées l’une de l’autre jusqu’à l’heure de rentrer. Nous nous sommes promis de recommencer dès que ...
    possible. Nous avons soupé et avons passé la soirée à regarder la télévision ; un orage ayant éclaté. À l’heure du coucher, nous sommes parties comme des folles dans la salle de bain. Nous avons fait notre toilette et nous sommes parties avec fougue dans notre chambre. Cette fougue ne nous laissait pas même le temps de nous dévêtir. À peine la porte de la chambre refermée, nous nous sommes jetées dans les bras l’une de l’autre, et avons échangé un baiser des plus savoureux, mêlant nos langues et échangeant nos salives. Nous nous caressâmes à travers les vêtements. La main de ma maîtresse, s’insinua à travers les boutons de ma chemise vers ma poitrine. Je l’ouvris pour lui donner accès à ma peau. Elle tira sur les bretelles de mon soutien-gorge pour dénuder mes seins qu’elle prit en bouche. Que ses attouchements étaient agréables ! Mais je ne la laissai pas finir, je voulais moi aussi profiter de son corps. Je me coulai à ses pieds, remontai sa robe jusqu’à la taille et baissai prestement sa culotte de dentelle pour m’occuper du son sexe déjà humide. Pour m’offrir un meilleur accès, elle posa une de ses jambes sur mon épaule : elle était largement ouverte, permettant à ma langue de s’immiscer dans les moindres recoins de ses muqueuses. Après la langue, j’y mis un, puis deux doigts. Je fouraillai en elle et elle jouit. Elle ne juta pas comme moi, mais je dus la retenir pour qu’elle ne tombe pas sur le sol. À ma totale merci, je lui enlevai ses vêtements tout en pelotant ses seins, ...