1. Chocolat et Folies Bergères


    datte: 05/11/2017, Catégories: fffh, fplusag, jeunes, couleurs, inconnu, hépilé, fépilée, anniversai, strip, fmast, facial, Oral, Oral, légumes, pénétratio, fsodo, Partouze, champagne, aliments, québec, totalsexe, bourge, Auteur: Sined, Source: Revebebe

    Jeune serveur de restaurant, fêtant le jour même mes dix-huit ans, j’ai été mandaté pour servir dans une soirée privée à la maison de mon patron, où Madame reçoit des invitées de marque. Après les salutations de Madame la Directrice, la rencontre de Miss Kyoto, les dessous de Miss Ouaga et la douche de Miss London, le dessert L’assiette de Miss London vidée à moitié et la mienne dévorée d’un trait, je ne fournissais pas à remplir les coupes de vin de ces dames, toutes aussi joyeuses les unes que les autres. Sur l’ordre de Miss Laval, toutes se dirigèrent vers la terrasse où devait être servi le dessert. Tel que prévu, la fondue au chocolat fut prête dans les minutes qui suivirent. Une magnifique fontaine à deux niveaux servait de plat de service. Le chocolat noir fondant y coulait du palier supérieur à la base puis, remontant par l’intérieur, reprenait sa route en une cascade douce et crémeuse, embaumant la place de son arôme velouté. Des fruits étaient disposés tout autour, petits fruits de toutes sortes, boules de melon divers et bananes de tous calibres. Pour se servir, ces dames n’avaient qu’à présenter le fruit choisi sous la coulée et l’enduire de chocolat avant de le dévorer d’un trait, ou encore se servir d’un petit pinceau déposé au niveau supérieur afin de badigeonner le fruit en question. Après les deux ou trois premières dégustations, le vin de Setubal aidant, Miss Laval lança le bal en déboutonnant son corsage et s’enduisit les tétons de chocolat, disant à ... ces dames : — Laquelle de vous a le goût de mes fruits mûrs ?— Moi ! lança Miss Paris, empoignant un sein et passant la langue sur sa pointe érigée et gluante de chocolat, suivie rapidement de Miss Kyoto. Voyant ces deux gourmandes s’en donner à cœur joie, Miss London me cria : — Alex, viens défaire mon corsage, s’il te plaît !— Avec plaisir, ma Reine.— Ensuite tu viendras ici, jeune homme. Moi aussi j’ai à te parler, venait de dire Miss Ouaga. À peine le corsage de notre belle British défait que Miss Kyoto, pinceau à la main, avait déjà peint les deux boutons des seins et se préparait à lécher le tout, une fraise à la main. Je rejoignis alors Miss Ouaga, qui ne me demanda pas de lui enduire les seins de chocolat mais me mit la main directement au paquet, me regardant dans les yeux. — Moi j’ai l’habitude de sucer des bites noires et dures comme l’ébène, alors va me chercher ce pinceau, que je te colore la queue et que je m’en régale jusqu’à ce que ce chocolat noir se change en belle crème blanche. Déjà le sexe en demi-érection, excité par le spectacle de Miss Kyoto léchant les seins roses de Miss London et de Miss Paris en train de peindre la chatte de Miss Laval, je me suis dirigé vers elle pour lui prendre le pinceau des mains et terminer le peint-minette de Miss Laval, alors que Miss Paris attendait patiemment son goûter, et je me suis dirigé vers Miss Ouaga, le pinceau à la main. À peine revenu auprès d’elle, qu’elle avait déjà tiré sur le cordon retenant mon pantalon et ...
«1234...9»