1. Annie dans une soirée chaude


    datte: 05/11/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Colinco, Source: Hds

    Quand elle est arrivée pour cette soirée avec sa petite robe courte les regards des hommes se tournaient vers elle, dans les caleçons les limaçons se redressaient. Accompagnée de son mari Annie rayonnait devant lui, le pauvre aurait semblé invisible si ce n’était des cornes présumées qui lui donnaient une renommé. Il voyait bien les regards convoiter sa femme sous son nez, il en était confus et se sentait ridicule. Il lui semblait que certain de ces hommes se moquait de ses cornes, ces hommes qui épouse des laides persuadé qu’elles sont fidèles. Annie, admirée, convoitée, désirée, semblait à son aise, les regards voraces n’étaient pas pour lui déplaire, elle distribuait volontiers ses sourires approbateurs à ses admirateurs friands, sans se soucier de la présence de son pauvre mari qui sentait ses cornes s’épanouir. Très rapidement un prédateur s’approcha d’elle, le plus audacieux semble-il, il l’invita à danser, Annie, avec légèreté accepta sans même consulter son mari et suivie l’homme d’une foulée gaillarde et d’humeur frivole. Son mari ébranlé regardait sa petite femme partir comme une catin la main dans celle de ce rustre en rut aussi gonflé que son slip. Elle semblait toute petite dans ces bras d’autrui qui la serrait contre lui comme si elle était à lui, il la soulevait presque de terre. Annie semblait soumise à la position que l’homme lui imposait avec fermeté, il la maintenait en permanence collé à lui, son genou glissait entre les cuisses ouvertes d’Annie. Elle ... semblait grimper sur sa jambe, et dansait en écartant les jambes, enfourchée de façon cavalière dépravé. Sa petite robe courte de dévergondé remontait et laisser apparaître ses petite cuisses blanches et attirantes au dessus de ses bas foncés. L’homme semblait lui fouiller le sexe de son genou et les gens regardaient avec curiosité ce couple exhiber ce simulacre d’accouplement. Puis ce public regardait François le mari cocu, anéanti et impuissant qui laissait sa femme comme une traînée se faire enfourcher par un autre sans protester. Annie le feu au ventre n’avait que faire des ragots de la soirée ses hormones de catin la dominaient, elle succombait a la pression de son cheval d’arçon qui la pétrissait à perfection. Elle mouillait déjà comme une fontaine, prête à écarter davantage les cuisses. Elle avait perdue sa lucidité, comme hypnotisée elle était dans son état second, son état de garce, de salope. Le plaisir l’envahissait, son corps se déchaînait elle avait envie de se faire remplir. Chauffé à blanc, conquise, transformée en objet de plaisir, nymphomane du soir elle lui était acquise. Son mari honteux évitait le regard des autres il ne savait plus ou regarder mais il ne pouvait pas s’empêcher de regarder sa femme malgré le mal que cela lui faisait. Il voyait la salope, la putain qui ne demandait qu’à se faire tirer, elle s’empalait toujours vulgairement sur cette jambe. François ressentait les vibrations obscènes de sa femme, il détectait ses frissons de plaisir, il ...
«12»