1. Baise internationale...


    datte: 05/11/2017, Catégories: Anal, Partouze, Auteur: Salamandark, Source: xHamster

    Toujours militaire, je suis parti en OPEX, autrement dit en opération extérieure... Je me retrouvais donc en Bosnie-Herzégovine, dans un camp multinational... Après la journée sous des températures caniculaires (l'été là-bas est extrêmement chaud), j'avais l'habitude de prendre une douche bien méritée... J'arrive donc au local douches, et elles étaient toutes occupées. Trois autres militaires faisaient la queue : Un Italien, un Allemand et un autre Français... Je m'assis à côté d'eux sur un banc qui était là. En short de sport et T-shirt &#034marcel&#034. Un autre entra, allemand aussi. Les deux militaires d'outre-Rhin commencèrent à discuter entre eux... Et le dernier arrivé était assis près de moi... Très près... Sa cuisse, nue également (il était aussi en short), frôla la mienne plusieurs fois... Et j'avais l'impression que ce geste était de plus en plus insistant... Bref, ma queue commençait à gonfler... Et je ne voulais pas que ça se voie... Je posais ma serviette sur mes cuisses... Puis mon regard s'attarda sur son entrejambe... Une superbe bosse déformait son short, et cela ne semblait vraiment pas le gêner... Et je remarquais que son compatriote bandait également... L'autre Français qui nous regardait semblait fort excité lui aussi... La situation me paraissait vraiment irréelle... Impensable pensais-je qu'un truc pareil puisse se produire dans un camp militaire avec des étrangers. Quatre mecs qui aimaient les garçons au même endroit au même moment ? Ce fut ... l'Italien qui se leva, surprenant tout le monde... Dos à la porte, il sortit sa pine devant nous... Et nous fit signe de le suivre... Nous nous sommes regardés tous les quatre... Et on l'a tous suivi... Il nous emmena dans un hangar proche de là. Le hangar à Hélico de la base. Il sortit une clef de sa poche et ouvrit un local. Il nous fit signe d'entrer... Le feu au tempes je suis entré avec mes camarades... Et tous est allé très vite : Le peu de vêtements que nous avions s'envola de tous côtés... Et là... Nous nous regardions dans notre nudité... Cinq queues dressées, cinq paires de couilles bien pleines par des semaines de célibat forcé... Nous nous sommes jetés les uns sur les autres dans une sorte de ballet improvisé... Très vite je suçais une queue avec ardeur pendant qu'une bouche gobait mes boules et une langue léchait mon gland. Il y avait là un récipient plein de capotes, distribuées par les médecins du camp, au cas-où... Je les ai trouvées très bienvenues... J'en pris une et entrepris d'enculer le gars que je pompais... A peine ma bite calée au fond de son petit trou, que quelqu'un écarta mes fesses et lécha ma rosette qui s'ouvrit naturellement... Le sentiment était indescriptible, je me faisais enculer pendant que j'enculais moi même un autre garçon... En rythme, nos bassins imprimaient des va-et-vient les uns aux autres... Les deux derniers nous rejoignirent ; l'un d'eux se mit à sucer celui que j'enculais et le dernier le pénétra d'un coup... Très vite des gémissements ...
«12»