1. Chacun y trouve son compte


    datte: 05/11/2017, Catégories: fhh, hplusag, couple, couplus, cocus, hotel, caférestau, amour, fsoumise, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, Oral, préservati, Partouze, jouet, confession, Auteur: 1bichon, Source: Revebebe

    Résumé des épisodes précédents : Au cours d’une soirée dans un piano-bar, un quadra jeta son dévolu sur ma compagne. Après un premier contact sans pénétration, nous le revîmes pour partager plus intimement une nouvelle soirée. La première en amena une deuxième plus hard durant laquelle Véro, de vingt ans sa cadette, se donna à nous deux et chacun y prit du plaisir ———————————————— Nous avions convenu avec Franck de nous revoir plus tôt que d’habitude dans la soirée pour dîner ensemble et faire un peu plus connaissance. Rendez-vous avait été fixé au pub Renault, sur les Champs-Élysées, pas très loin du travail de Véro. Nous avions dîné au « Paradis du fruit », rue Georges V, mangé léger et bu pour notre part, les hommes, deux verres de cocktail dit « énergisant ». Véro était pour une fois en chemisier et pantalon car elle n’avait pas eu le temps de rentrer se changer. Suite à cette petite heure de conversation agréable où nous nous dévoilâmes chacun un peu, sur nos activités respectives et leurs anecdotes, Véronique, malgré sa soi-disant timidité, proposa de gagner l’hôtel de notre accompagnateur pour être plus au calme. Elle marcha entre nous sur les Champs jusqu’au métro Kleber et, même si je la tenais sous mon bras, Franck ne se gênait pas pour se tenir proche d’elle en passant de temps à autre sa main autour de sa taille. Même si nous savions pertinemment qu’une fois là-bas nous allions baiser, nous prîmes notre temps pour rentrer, en échangeant des regards complices ... afin de faire monter l’envie. Nous nous embrassions furtivement en marchant et Franck attendait en bavant d’envie de m’imiter. Parvenu à destination, après une petite demi-heure de déplacement, le réceptionniste de l’hôtel nous regarda sournoisement nous diriger vers l’ascenseur, ce qui nous fit sourire car il devinait sûrement nos intentions. Franck lui fit un haussement de cils révélateur, ce qui amena l’homme à regarder ailleurs, tout en laissant son esprit libre d’imaginer ce que bon lui semblait. Une fois dans la chambre, tout alla très vite. Véro, après un regard vers l’extérieur, décida de m’embrasser. Comme si c’était naturel, Franck se plaça derrière elle, empoigna ses deux seins par-dessus son chemisier puis entreprit de la débrailler afin de pouvoir prendre ses deux seins à même la peau ou presque. Sentant ses mains, je défis le bouton du pantalon de Véro pour glisser ma main au contact de sa chatte. Franck lui retira son chemisier par le haut, dégrafa son soutien-gorge puis, voyant ma main dans sa culotte, lui baissa le pantalon par derrière. Véro l’aida à l’en débarrasser en levant les pieds et se retrouva tout naturellement en culotte entre nous. Franck, toujours derrière elle, reprit ses seins en main, roula les tétins en les pressant légèrement, tout se collant à elle. Elle mouillait abondamment mes doigts et lorsque je lui ai demandé de déshabiller notre comparse, ma moitié me regarda avec une lueur vicieuse dans les yeux. Véro se retourna, regarda notre hôte, ...
«1234...»