1. Dentiste complice


    datte: 05/11/2017, Catégories: fh, médical, Oral, nopéné, confession, f+medical, Auteur: SecretaireWanted, Source: Revebebe

    Un orgasme puissant venait de m’envahir. Comment ne pas aimer cet instant magique et délicieux. Ces quelques secondes, uniques, où l’on est au paroxysme du plaisir. Je suis une droguée de ce moment ultime, celui que l’on vit juste avant de se laisser envahir par cette chaleur bienfaisante et ce sentiment de bien-être si relaxant. Les muscles se relâchent de cette tension sensorielle si particulière. Les sons extérieurs sont comme coupés. On se complaît dans son monde intérieur où l’on est isolé dans une bulle de bonheur. On a l’impression de ressentir son sang couler dans ses veines et les battements de son cœur. J’étais comme caressée par des vagues, sous le soleil de plomb d’une très belle plage des caraïbes. Au moment où j’avais commencé à exprimer mes premiers halètements, sa main mâle s’était posée sur ma bouche. J’étais une femme libre, pourquoi donc cacher mon plaisir ? Plus tard, je ne pouvais résister à l’envie de pousser de petits cris de plaisir de chatte ronronnante. Sa main, avec force, s’était appuyée plus fermement encore sur ma bouche. Il ne voulait pas que l’on entende de l’autre côté de la porte le plaisir que je prenais et moi je savais qui était derrière cette porte. Plus sa main appuyait sur ma bouche, plus le plaisir que je refreinais décuplait en moi. Et la jouissance que je n’arrivais pas à exprimer par le haut s’était exprimée par le bas. J’avais certes avalé mes cris de plaisirs, mais mon bas-ventre n’était plus qu’un grand spasme. Mon extase ... sexuelle devait bien s’exprimer quelque part, cela me semblait tout à fait naturel. J’aimais la façon qu’il avait eue de me contraindre à me taire. Me donner beaucoup de plaisir d’un côté et m’empêcher de le vivre pleinement de l’autre. J’avais adoré ce simple geste de la main, ferme et assuré. C’était sa façon de me faire comprendre ce qu’il fallait que je fasse, de me prendre en charge. Jusqu’à présent tout s’était déroulé comme prévu, mieux que prévu même, exactement comme il l’avait voulu et comme il me l’avait dit. C’était rassurant et c’était justement de cela que j’avais besoin : être en confiance. Je ne veux pas ouvrir les yeux, croiser son regard bleu acier. Je veux que cet état de jouissance ne s’arrête jamais. Je suis addicte à cette sensation, addicte à cet état de tension, puis à ce relâchement de pression. Je laisse du temps au temps pour que toutes ces sensations dans ma tête s’entrechoquent. Je me sens bien et j’aimerais rester dans cet état de longues minutes. La pression de sa main se relâche un peu et mes narines s’emplissent de son odeur. Mais son geste reste ferme, j’adore. Je me sens femme, aimée, désirée, voulue, souhaitée. Je me sens, libre, heureuse tout simplement. Je vis un moment unique, j’en prends conscience. Je sens son visage se décoller doucement de mes cuisses ouvertes. Mon sexe est intouchable en l’état. Mon homme le sait et me laisse apprécier mon orgasme. J’ai l’impression que tout le sang de mon corps passe par ma vulve. Mon cœur bat à tout ...
«1234»