1. Au cinéma


    datte: 05/11/2017, Catégories: Hardcore, Partouze, Auteur: michelemimi, Source: xHamster

    Pure délire de ma part. Il y a une quinzaine de jours, nous Alain m'a emené au cinéma voir « 50 nances de grey ». Au cors du film, j'ai eu une envie pressante. — Chéri, j’ai envie de faire pipi. — Tu ne peux pas attendre la fin du film ? — Non, c’est urgent ! Accompagne-moi, j’ai peur d’y aller toute seule ! Nous avons alors dérangé les spectateurs de notre travée, puis nous avons pris le long couloir qui menait aux toilettes. Je m'éclipse rapidement dans la partie réservée aux femmes. Pendant que j'étais aux toilettes, mon mari en a profité pour se soulager également. Il s'est retrouvé dans une situation cocasse. Un homme qui était à côté de lui avait une vrai bite de cheval et se masturbait effrontément. Une discution s'est entamé entre eux. — C’est pas possible ! — Elle est belle, hein ! me dit-il. — Monstrueuse ! Sa main allait et venait sur la tige. — Branle-moi ! lui dit-il. — Ça va pas ? Je suis pas pédé ! Cependant, Alain restait les yeux fixés sur l’énorme engin, avec une étrange fascination. — Tu veux que je te suce ? J’ai alors vu Alain ressortir des toilettes affolé. — Qu’est-ce qui t’arrive ? — Rien ! — Tu as l’air bouleversé. Alors, il m'a raconté l’histoire. — Une bite comme ça ! — C’est pas possible ! — Si, je te jure ! Enorme ! — J’aurais bien aimé voir ça ! Et là, me prenant au mot, il me saisi le bras et m'entraîne dans les toilettes des hommes sans que j'ai eu le temps de réagir. — Y a qu’à y aller voir ! — Tu es fou ! C’est dangereux ! — Tu ne risques ... rien ! Alain a poussé la porte des toilettes pour hommes, m'entrainant derriére lui. Le type était toujours là et se tripotait encore. Nous restions là, à le regarder et Alain a toussoté pour l’avertir de notre présence. Il a jeté un oeil par-dessus son épaule et a eu l’air surpris. — Ah c’est toi ! Puis, remarquant ma présence : — Tu as ramené ta salope ? — Elle ne voulait pas me croire, dis-je en indiquant, d’un mouvement de tête, son bas-ventre. — Approchez-vous, nous dit-il. Alain s'avança, en me tirant par le bras. Il me contempla avec attention et ajouta — Elle est bien foutu ta salope ! Puis il ajouta, de manière triviale : — t'aime ça, les grosses bites salope ? Je ne sais pas pourquoi, mais sans doute par bravade, Alain lui répond : — Elle adore ça ! Je regarde mon mari outrée alors que cet inconnu se retourne, exhibant son engin. — Elle en a déjà eu de belles comme ça ? J'ai sursauté et mes yeux se sont exorbités ! — C’est pas possible ! Il branlait nonchalamment son énorme sexe bien dure. — Tu en as déjà vu une grosse comme ça, petasse ? dit-il, en l’astiquant de plus belle. J'avais le souffle court, le regard fixé sur l'énorme colonne. Inconsciemment mes lèvres s’étaient entrouvertes. Il avançait maintenant son bassin vers moi, se branlant d’une main et caressant de l’autre ses couilles. Deux grosses boules pleines, à la mesure du reste. Mon mari excité par cette situation avait maintenant une érection pas possible et me regardait, fasciné, par mon visage troublé, ...
«1234»