1. En forêt, au détour d'une clairière


    datte: 06/11/2017, Catégories: Masturbation, Mature, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: elrik, Source: xHamster

    C'était un dimanche de mai, gris et pluvieux. Une de ces journées durant lesquelles on se sent de rester au chaud, au coin du feu dans la vieille maison de campagne, à écouter le bruit du vent au travers des volets et le son du bois qui crépite dans la cheminée. Il était venu en pays franc-comtois lors de ces longs ponts de mai, un week end pour se ressourcer, seul. Le dernier jour le déprimait toujours, il se voyait déjà reprendre la route et être bloqué dans les bouchons aux abords de la capitale. Pas de stress nécessaire avant le retour, il se décida à partir faire un tour en foret à l'aube. Muni de son appareil photo il se mit en marche. La rosée perlait toujours sur les herbes et sur les feuilles des arbres. Le bruit des feuilles sous ses pas l'apaisait. Au lointain il entendait les bruits des oiseaux et de la nature qui se réveillait. L'appareil photo collait à l’œil il immortalisait les premiers rayons de soleil. S'enfonçant de plus en plus dans les bois, il se ressentait vivre, la gaule du matin à demi présente il avait une démarche comique. Il percevait au loin les rires d'une femme. Intrigué, il s'approchait tout doucement, se demandant qui pouvait bien être ici si tôt. Au détour d'un arbre, il vit une clairière dégagée, une voiture était garée au bout du chemin, le coffre ouvert et une femme assise. Il mit son appareil photo à l’œil et zooma sur la créature qui se présentait devant lui. Une femme mûre, une très belle femme. Il la scruta comme s'il était dans un ... rêve, des cuissardes habillaient ses longues jambes, des bas résilles à larges mailles venaient enlacer ses cuisses ouvertes, des mamelles généreuses retenues par un soutien gorge sans bonnet... Il sentait sa verge s'éveiller à la vue de cette créature sortie tout droit de ses rêves les plus lubriques. Ses lèvres charnues perlaient à la rosée du matin, il voyait ses doigts se balader le long de ses cuisses, se perdre sur le bout de ses seins, attendant que les rayons du soleil ne la dévoile complètement. L'appareil photo toujours en main, il zooma jus-qu’avoir l'impression d'avoir le goût de son nectar sur la langue. Il avait l'impression d'humer sa magnifique chatte. Une main glissant dans son caleçon, il prit son sexe en main et se caressa le bout du gland en bavant devant le spectacle... Elle se leva sur ses talons, faisant gigoter ses grosses mamelles qui ne demandaient qu'à se faire lécher, mettant un pied devant l'autre, avançant d'une démarche de biche. Elle s’arrêta à quelques pas de la voiture et se cambra pour venir cueillir une fleur. La branche se tendait pour lui. Elle prit la fleur entre deux doigts, il observa ses longs ongles peints. Ses mains fines avaient l'air si douce, il les imaginait froide, se demandant que lui ferait-il de sentir cette peau fine et fraîche contre son sexe épais et brûlant? Il serra sa verge dans la peau de sa main et pensait à la sensation des ongles de la nymphe effleurant son gland rose. Encore cambrée, il était fasciné par ses deux ...
«1234»