1. Les surprises du Vicomte


    datte: 08/11/2017, Catégories: fh, ff, couple, Oral, Oral, fgode, pénétratio, fsodo, init, historique, Auteur: Bernard Nadette, Source: Revebebe

    Résumé des épisodes précédents : «Origines : attaque et prisonniers » «La vie reprend : il faut s’adapter » «La vie reprend : la curiosité peut révéler des choses » «La vie reprend : espoir de promotion » «La vie reprend : Ennemis jusqu’où ? » «Espoir de promotion - Croisée des chemins - À la cour du Roi » «La déception pousse vers des voies étroites » «Du côté des prisonniers » «Du côté des prisonniers : Marion - Jacquotte » La guerre fait rage à la suite d’un raid tanibrinque sur le port de Dorbauxe dans le royaume de Canfre. Le vice-amiral vicomte Charles de Sombreuil fait partie du Conseil du Roi. Il est l’amant de la marquise Anaïs de Pierrenoire. Sur instruction, il lui distille des renseignements sur ce qu’il s’y décide, la belle marquise les revendant à un agent tanibrinque. Cette « mission » le tient éloigné de celle après qui il soupire. Un jour énervé par son irruption alors qu’il désirait rester seul, il l’entraîne dans une écurie. De retour chez elle, ayant peu apprécié l’attitude de sa camériste, la marquise fait partager à icelle les nouveautés que le vicomte lui a fait découvrir. ________________________________________________ Comme l’heure en approche, la marquise prie le vicomte à dîner. Il accepte de bonne grâce, cela lui permet de glisser quelques indiscrétions stratégiques supplémentaires. À la demande d’Anaïs, c’est Marguerite qui doit s’occuper seule du service, et elle se montre exigeante, obligeant sa chambrière à de nombreux allers et retours et ... même à plusieurs descentes à la cave. Avec ce qu’elle a enfoncé dans le fondement, Marguerite aurait préféré un peu moins d’activité, mais petit à petit elle s’habitue à cette présence. Sans aller jusqu’à y prendre grand plaisir, elle finit par ne pas trouver la chose si désagréable. Quand le repas est achevé, la table débarrassée, Marguerite attend les ordres de sa patronne. Celle-ci l’interpelle : — Je pense qu’il serait utile que tu continues à t’habituer pour la nuit. Le vicomte intervient : — Je pense qu’il vaudrait mieux suspendre. La nature a des nécessités et il serait regrettable que Marguerite doive vous réveiller pour pouvoir y répondre.— Oui ! Vous avez raison cher ami. Allons ma fille, dévêtez-vous que nous puissions procéder. Marguerite ne se le fait pas dire deux fois. De devoir garder la nuit durant ce manche enfoncé entre les fesses ne la ravissait pas vraiment. En un rien de temps elle est nue. Elle se penche en avant et s’accoude sur la table. La marquise s’approche et défait le nœud sans trop de difficulté. Quand la mèche est déroulée, elle ne retire pas l’objet et se tourne vers Charles : — Comme je l’ai bien compris tout à l’heure, avant de le retirer il faut le remuer copieusement. Par contre, je pense, cher ami, que ce serait une amélioration si, concomitamment, Marguerite se caressait. Sans lui laisser le temps de répondre, elle enchaîne : — Allons ma fille ! Tu as entendu. Vas-y et mets-y du cœur. Elle y va et y met du cœur. Elle se frotte l’entrejambe, ...
«1234...7»