1. Une aventure érotique : La flaque


    datte: 09/11/2017, Catégories: Plus on est, Auteur: DeLaLune, Source: Hds

    Ce jour là, il pleuvait comme vache qui pisse ! J’avais pris la route qui mène à mon boulot et passait prendre une collègue qui habite pas loin de chez moi. Copines depuis qu’elle était arrivée dans mon service voici trois mois, nous devenions de plus en plus complices et je pense que désormais l’on pouvait nous considérer comme amies. Je m’arrête devant son domicile et klaxonne. Valérie sort en trombe, cour vers ma voiture, glisse et s’étale de tout son poids dans une flaque ! Je me précipite pour voir si tout va bien. Assise par terre, les jambes écartées, sa jupe relevée, ma pauvre amie n’a pas l’air de trop comprendre ce qui lui est arrivé. Je l’aide à se relever bien vite. - Quelle gourde je fais, me dit elle, me voici toute trempée des pieds à la tête ! - Oui je crois que tu es bonne pour te changer entièrement ! Nous nous dirigeons alors vers chez elle. Valérie habite un petit immeuble de deux étages avec son mari. Tout deux ont trois ans de moins que moi qui ai 28 ans. Sylvain est un charmant garçon très beau et très viril, s’il n’était pas le mari de mon amie, je crois qu’étant célibataire, je l’inviterai bien dans mon lit ! Valérie me fait entrer dans son appartement et me dit de me mettre à l’aise pendant qu’elle va chercher de quoi se changer ! Seule dans son salon j’admire la décoration du lieu : des objets, on peut en déduire leurs différentes destinations de voyage : là un djembe marocain, là une statuette martiniquaise, là éventail espagnol, là un homme . tout ... nu !!! Devant moi, Sylvain, est entré en trombe dans la pièce ! Il s’arrête net quand il me voit, nu comme un vers. Je suis comme hypnotisée par son corps d’athlète et son sexe qui bien que non bandé me semble d’un calibre appréciable Valérie entre à son tour dans la pièce, elle est en culotte et porte de nouveaux habits à la main. Tous trois étonnés et embarrassés par la situation, nous restons là pendant quelques secondes sans bouger. C’est Valérie qui rompt le silence la première : - Et bien dit donc, Sylvain, tu as une drôle de façon d’accueillir nos invitées ! - Je J Je croyais que tu étais partie au travail ! Je me pensais seul dans l’appart et m’étais déshabillé pour prendre un bain ! Je m’excuse, Marie (c’est mon nom !). - Oh, mais ne t’excuses pas Sylvain, à ce que je vois, Marie à l’air d’aimer le spectacle ! En effet, je prend soudain conscience que j’ai depuis le début le regard posé sur la verge de Sylvain qui s’en apercevant commence à prendre de l’ampleur et à durcir petit à petit. Tentant de balbutier quelque chose, je m’enfonce encore plus dans ma gène ! - Je Mais non Je ne . Enfin Oui Je - Inutile de te chercher des excuses Mari, je sais bien l’effet qu’a le pénis de mon mari sur les regards féminins ! Loin de cacher son érection maintenant plus que naissante, Sylvain demande quant à lui : - Mais dites-moi vous deux, pourquoi êtes vous revenus et pourquoi Valérie est à moitié à poil ? Tandis que nous lui expliquons la mésaventure, Valérie s’est approchée de ...
«12»