1. Succube (2)


    datte: 09/11/2017, Catégories: Hétéro, Auteur: yug0lit0, Source: Xstory

    était déjà à l’œuvre avec Maria mais comptait bien en faire profiter ses amis sans payer de supplément. C’est quand les autres clients surprises se sont approchés pour avoir eux aussi leur part du gâteau que Maria commença à se plaindre. - Ecoutez, si vous aussi vous voulez en profiter, il faut payer. Sinon, vous dégagez. - Ta gueule, t’as déjà eu assez de fric. Nous aussi on a le droit de s’amuser. - Pas gratuitement. - Et si on ne veut pas payer, tu va faire quoi ? Appeler les flics ? Ils n’en ont rien à foutre les poulets. Allez les mecs, qui commence ? C’est alors qu’ils avaient immobilisé la jeune femme et que l’un d’eux avait déjà baissé son pantalon qu’une voix se fit entendre : « Ne pas payer pour ces services, on appelle ça du vol. Relâchez là ou payez là. Sinon je vais devoir sévir. » Les quatre hommes se sont arrêtés un instant et ce sont rendu compte que La succube se tenait derrière eux. - Eh les mecs ! on en a deux pour le prix d’une. - Visiblement vous ne comptez pas suivre mes conseils ? Très bien je vais vous faire passer l’envie de vous reproduire. C’est alors que, d’une main, elle prit le premier au cou et avec son autre main elle lui saisie l’entre-jambe en prenant bien soin de serrer très fort. Le violeur, submergé par la douleur, qui ne cessait de gesticuler, s’est retrouvé projeter à quinze mètres de là. Autant dire que les autres se sont carapatés en quatrième vitesse pour ne pas se finir émasculés. Ne voulant pas la laisser comme ça, elle aida Maria ...
    à se relever qui ne cessait de la remercier. Visiblement elle n’en était pas à sa première agression mais comme toutes les autres, elle s’en serait bien passée. Voulant absolument la remercier de l’avoir secouru, elle lui proposa de devenir son indic. Avec ses collègues, elles voient pas mal de monde que ce soit dans les hautes sphères ou encore des malfrats qui dépensent, avec elles, le butin de leur dernier larcin. Et les confidences sur l’oreiller ne sont pas rares. C’était pour la Succube l’occasion de commencer à se tisser un réseau d’information. Ainsi, pour pouvoir dialoguer, elles avaient convenu d’un lieu et d’une heure précise chaque semaine. Maria devait l’y attendre cinq minutes et si l'une ou l'autre n'était pas présente, tant pis, c’était reporté la semaine suivante. C’était plus discret qu’un signal projeté dans le ciel ressemblant à une bite géante. Des agressions sur des prostituées, ça arrivait parfois. Pour changer, la succube intervenait sur des vols ou des cambriolages. Un jour elle remarqua un camion qui s’était garé à l’arrière d’une boutique. En général, les approvisionnements ne se font pas à deux heures du matin. Du coup elle s’est approchée et elle voyait un groupe d’homme, guidé par le vigile du magasin. Ils étaient en train de vider la réserve de ce magasin d’électroménager grâce à ce complice. Elle s’est alors glissée dans le camion et assommait ceux qui venaient y déposer de la marchandise. Elle continua jusqu’à ce qu’il ne reste que le chef du ...
«1234...»