1. Réveil au paradis 3 La galère FIN de pot de colle.('26)


    datte: 09/11/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Accent, Source: Hds

    Le paradis sur terre 3 Myriam est sous la douche, Sabine remplit la baignoire et règle la température de l’eau à la main, à cause d’une défaillance du mitigeur. Elle est penchée sur la baignoire. Assis derrière elle, je me remplis la vue d’un spectacle rare. Nous avons dormi à trois, avons transpiré et nous avons ressenti le besoin de nous laver. Nus au lit nous le sommes aussi dans la salle de bain, sans gêne, sans impudeur. L’intimité de la nuit a brisé les tabous, aucune des femmes n’a trouvé nécessaire de chercher un vêtement de bain, je n’avais plus rien à cacher à ma femme ou à l’infirmière. Pendant que Myriam chantonne sous la douche j’admire la taille et les formes généreuses des jambes de Sabine et je suis particulièrement fasciné par le dessin de ses deux fesses et de l’espace qui les sépare. Pour assurer son équilibre elle a légèrement écarté les pieds. Mon regard remonte des chevilles vers les mollets solides, passe le nœud des genoux et suit la formation du tronc de cône des cuisses qui rétrécit à l’approche du sexe. Ce dessin est parfait, les courbes s’emmêlent avec grâce et la peau devient plus lisse et plus brillante vers le haut. Mais surtout dans cette position penchée la croupe s’arrondit et entoure une vulve aux contours prononcés, fendue d’une ligne qui cache le vagin, enflée en bas par le capuchon du clitoris et deux ailes curieuses à l’extrémité des petites lèvres alors qu’au dessus on voudrait plonger dans l’œil rond de l’anus ouvert comme une rose ... matinale. Cet ensemble harmonieux est aphrodisiaque. Cette quasi inconnue expose son intimité sans penser à mal, mais ma libido en prend un coup. Comment ne pas désirer toucher et caresser ces chairs, comment rester indifférent devant tant de beauté. Mon pénis lève la tête. Sabine est belle, troublante, désirable. C’est une belle plante Myriam quitte la douche, me sourit, pousse ma main qui cachait mon érection naissante, tourne la tête vers Sabine, lui tapote une fesse et déclare : -Sabine tu excites Jean. Tu as un beau cul tu sais. Mon mari a toujours été sensible aux courbes. Méfie-toi. Je la remets en place pour couper court à son discours connu sur le partage : -Puisque tu as fini Myriam, il serait bon d’aller acheter les croissants du petit déjeuner à la boulangerie. Sabine me surveillera de la douche pendant mon bain. Avec une moue de déception ma femme quitte la salle. Sabine se redresse et m’examine de la tête aux pieds avec une halte joyeuse sur mon milieu. - Eh! Bien mon gaillard, tu te remets vite. Compliments. Bien, tu peux entrer dans la baignoire. Ne glisse pas. Donne-moi la main. Oh ! Qu’est-ce que je vois, c’est du costaud ? Bravo, tes progrès sont rapides. Mes compliments mon ami, voilà une verge très présentable. J’aurais pu aller à la boulangerie et Myriam se serait occupée de ton excroissance. - C’est toi l’infirmière. Ma femme m’a recommandé de bien accueillir tes bons soins. - Oui mais ta femme jouit d’un droit de priorité. - Jouissait, mais elle l‘a ...
«1234...»