1. Sophie et charlotte 2


    datte: 10/11/2017, Catégories: BDSM / Fétichisme, Auteur: Serge1, Source: Hds

    Lorsque mon cœur se calma, je rouvris les yeux : devant moi, dans le miroir, je voyais une jeune femme blonde avec les cheveux massacrés au niveau des épaules. Ce n’était pas possible, ce n’était pas moi. Pourtant en baissant les yeux pour voir la main qui me caressait les cuisses, je vis quelques mèches d’or accrochées à mes jambes, et par terre un véritable tapis doré. Je n’avais pas rêvé, j’avais bien obéis à mon ami en le suivant dans ce salon de coiffure. Je sentis les larmes venir, l’une tomba sur ma joue, et machinalement je passai mes doigts dessus. Devant moi, mon image fit le même geste, ma main se porta vers mes cheveux, ils étaient si courts, et repoussa une mèche derrière mon oreille. Je n’étais plus pareille. A coté de moi, mon ami me regardait, il avait l’air presque déçu. Si lui aussi n’aimait pas mon nouveau look « Je crois que ça ne va pas » dit il à la coiffeuse qui était toujours derrière moi. « Il faudrait que l’on essaye beaucoup plus court je crois ». « Mais pourquoi, ils sont déjà très courts comme ça » je m’entendis dire. « Monsieur a raison » dit la coiffeuse, « il faudrait une belle coupe courte pour mettre en valeur votre cou et vos oreilles ». Je voulu me défendre, me lever, mais il pris mes poignets dans ses mains et me força à rester assise. Se penchant vers moi, il m’embrassa, je ne pouvais l’éviter, sa langue se força un passage et fouilla ma bouche. L’une de ses mains me caressa la nuque, doucement, très doucement. Je me sentais fondre, ... oublier ma situation, et sans savoir pourquoi je commençais à répondre à ses caresses. Ma langue chercha la sienne, et je fermais les yeux, concentrée sur le plaisir qui allait venir. Il se leva et me prenant par les épaules, toujours en m’embrassant, il me guida vers une table au fonds du salon de coiffure. Débout, je reculais, les yeux fermés, sa langue se faisant insistante autour de la mienne. Bientôt je sentis le bord de la table contre mes fesses, mais il continuait de me pousser en arrière et en quelques secondes je fus allongée sur la table. Il releva ma robe. « Quelle vue magnifique » dit il en souriant. La coiffeuse s’était rapprochée et ne manquait pas une miette du spectacle. J’étais rouge de honte. Doucement il retira mon string. « Non, s’il te plait » Il tomba à genoux devant moi, et écarta mes cuisses. Sa langue effleura mon sexe, puis s’appliqua à en lécher les lèvres. « Non, s’il te plait, NNNNNNOOOOOOOONNNNNNN je ne veux pas ». J’essayai de me relever, mais il écarta encore tellement plus mes cuisses que je ne pu me redresser. Sa langue était presque brutale. Il attrapa mon clitoris entre ses lèvres et commença à sucer. Je sentais un orgasme déferler depuis ma poitrine et mon ventre, je n’aimais pas qu’en il me faisait cela, mais impossible de le raisonner. Il disait que c’était sa façon de me rendre honneur. Une douleur commençait à me vriller le sexe, je savais qu’elle allait se propager vers mon ventre, et que je ne pourrai pas me retenir encore très ...
«123»