1. Femme BCBG, escorte, non, pute (122)


    datte: 10/11/2017, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: CHRIS71, Source: Hds

    Une escorte mâle baise une escorte femelle sans savoir que la femelle est une pute, situation ubuesque mais que je vis après avoir accepté d’aller dans l’hôtel d’où je suis sortie après avoir servi de poupée gonflable à un client qui a manqué de respect à la femme que je suis même si j’accepte de monter avec des clients. Pour calmer ma colère je vais dans la salle des pas perdus de la gare de Lyon ou je rencontre ce beau black venu me proposer ses services, il vient de me faire jouir une première fois justifiant les 500 € qu’il m’a demandés. • Allé réveille-toi, je suis sûre que tu en veux encore, suce-moi. Sa verge dépourvue de capote qu’il a dû enlever est encore droite, je me suis absentée quelques minutes et il est bien raide. • Tu sais sucer et boire le sperme, l’as-tu déjà fait ? Pompes-tu ton mari. Pour éviter de lui répondre, trouvant drôle qu’il pense que je suis une femme mariée, je le prends dans ma bouche et j’aspire tout en le masturbant dans un mouvement rotatif de mes mains. • Arrête, tu es démoniaque, je vais éjaculer, dommage que je n’aie qu’une seule capote car je te reprendrais bien une nouvelle fois. • Attends. J’ouvre mon sac et j’en sors deux des 10 que j’ai en permanence à l’intérieur sans compter la boîte de 100 toute neuve que j’ai dans ma valise fournie par l’organisation. • Tu es surprenante, je te drague dans la gare car je cherche une femme qui accepte de me payer pour la baiser et nous arrivons dans une chambre où il semble qu’il se soit déjà ... passé quelque chose. Tu te fais baiser normalement au début puis tu acceptes de te faire sodomiser me montrant que ton cul est loin d’être vierge de toute verge et là je te signale qu’il m’est impossible de te baiser car je manque de capote tu m’en sors deux de ton sac. Qui es-tu vraiment ? • Tu parles trop, maintenant tu as ce qu’il te faut, je t’ai payée pour me baiser alors baise-moi. Il se redresse, écarte mes cuisses et en quelques minutes d’une lèche méticuleuse de mon sexe je recommence à mouiller, mon black commence à trouver les choses louches mais j’ai réussi à le recentrer au centre de mon intimité et il est vrai que je suis contente quand il enfile une capote propre et qu’il me possède de nouveau dans une classique position du missionnaire. Pour bien le bloquer une fois que je sens qu’il a bien atteint le fond de ma grotte je lui enserre les hanches de mes jambes. Je le regarde intensément, je sens mon regard se troubler car une nouvelle fois il me fait partir vers les sommets de mon plaisir. Dommage que j’ignore son nom car je le hurlerais. • Oui, baise-moi fort, pilonne-moi comme tu le fais, tu es en train de gagner ton petit déjeuner. C’est la seule chose à quoi je pense quand mon corps éclate dans un orgasme des meilleurs que j’ai eu dans ma vie depuis que je suis devenue une femme libérée. • N’éjacule pas, je suis ta truie, je suis une pute, donne-moi ton foutre à boire ! En lui donnant cet ordre je relâche la pression de mes jambes et il se relève sur un bras, ...
«1234»