1. LE REMPLACEMENT. (9/x)


    datte: 10/11/2017, Catégories: Entre-nous, Les femmes, Auteur: CHRIS71, Source: Hds

    Je prends plaisir à mettre en forme le texte écrit par Nadia, quand acceptera-t-elle de me faire un même massage, hélas jamais. Je suis toujours allongé sur notre lit de plaisir, Nadia enfin semble vouloir s’occuper de mon intimité même si son massage sans avoir l’air de toucher à mon sexe m’a apporté une jouissance cérébrale que j’espère retrouver d’autres fois. Je prends conscience un court instant que je serre sa hanche. De nouveau, son doigt se pose sur mon clitoris, elle me branle doucement avant d’aller plus rapidement. La pointe de mon sein est pressée entre pouce et index, puis elle roule mon téton entre le bout de ses doigts avant de le lâcher et de le reprendre avec ses ongles qu’elle enfonce à la base. Je suis sur le point de l’arrêter et de crier, mais j’ouvre la bouche pour avoir plus d’air, je me tends à nouveau, je pousse mon ventre vers elle, va-t-elle comprendre mon envie. Le désir est présent dans mon ventre depuis de trop longues minutes, j’essaie de me calmer, de me reprendre, je gémis doucement mais ces gémissements deviennent permanents. Elle cesse de me masturber, sa main court sur mon bas-ventre mes cuisses, je me soulève un peu pour voir ce qu’elle fait, la main qui pétrit ma poitrine descend sur mon sexe ou elle ébranle mon clitoris et de l’autre présente ses doigts à l’entrée de ma chatte. J’ouvre un peu plus les cuisses, ma tête retombant sur le lit, j’attends anxieuse, que va-t-elle trouver comme jeu pour retarder encore le moment que ... j’attends. Ma respiration est courte, rapide. Je sens le bout de son doigt contre moi, un instant, je recule mes reins puis, je me tends, elle me pénètre, je ne peux retenir de petites plaintes alors que ses doigts s’enfoncent dans mon intimité. Les chairs de mon vagin s’écartent sous la poussée, j’essaie d’éviter de gémir trop fort de crainte de déranger les voisins. Ma tête va de gauche à droite, je tiens sa hanche, elle fait aller et venir le leurre doucement, je sens la pulpe de ses doigts se poser sur mon point G. Je réagis immédiatement. Elle sait où elle est et s’arrête, elle reprend en pliant alternativement ses phalanges sur l’endroit qu’elle vient de découvrir, son autre main continue de me masturber ou appuie sur mon ventre ou encore presse ma poitrine tour à tour. C’est absolument divin, elle sait y faire et j’apprends beaucoup avec elle. Elle est attentive à mon plaisir car elle s’arrête chaque fois qu’elle sent mon vagin se contracter. Elle me tient ainsi au bord de l’explosion pour qu’elle soit plus forte, plus puissante. Je mouille de plus en plus et je sens ma cyprine couler jusqu’à mon périnée et glisser vers mon anus. Je sais que je vais jouir rapidement, trop rapidement. J’ai toujours ma main sur sa hanche, que je pince, je me sens partir de nouveau, elle est démentielle, je crois que si nous vivions ensemble je serais jouissance permanente sur jouissance permanente. Je mords la peau de mon poignet fort, très fort, je soulève mes reins, mes hanches. À mon tour, ...
«123»