1. La chevauchée des Walkyries


    datte: 10/11/2017, Catégories: ffh, fagée, inconnu, fdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Oral, Oral, préservati, pénétratio, sauna, Auteur: Humoureux, Source: Revebebe

    détourner mon attention de l’excitation de mon sexe. Il me fallait être à la hauteur de notre réputation et, quelle que soit l’exaltation du moment, ne pas jouir trop vite. Je pris la paire de seins à deux mains, en commençant délicatement par les tétons en pleine érection qui semblaient encore s’allonger sous l’excitation, puis caressai délicatement les aréoles dont la périphérie s’était soulevée dans un subtil pointillé. Je mourais d’envie de les prendre dans ma bouche, de les aspirer avidement. Brigitta comprit mon envie et me fourra ses deux gros seins sur le visage, au risque de m’étouffer. Elle n’en avait cure, riait de la situation et semblait vouloir me punir de mon envie. Excitée par le manège de Brigitta, Christine accéléra ses caresses sur mon sexe, puis l’embrassa avidement au risque de me faire jouir. Je sentis même un doigt s’aventurer vers mon intimité que n’en demandait pas tant. De ma main droite, je m’aventurai dans le sexe gonflé et dégoulinant de Brigitta. Était-ce la transpiration ? L’excitation ? Un peu des deux certainement. Je n’eus aucune peine, après avoir caressé allègrement ses lèvres pulpeuses, de la pénétrer, d’un puis deux, puis trois doigts, jusqu’au fond de son intimité toute brûlante. Elle lâcha alors un énorme râle de plaisir tout en caressant avidement le sexe de son amie toujours occupée à pomper ma verge jusqu’au fond de sa gorge. Le manège de mes deux charmantes hôtesses ne manqua pas de me surprendre. Étaient-elles lesbiennes ? ... Brigitta décréta que ce spectacle n’était pas pour moi. Elle monta donc sur ma planche et se positionna à cheval sur ma bouche. Son sexe que j’avais particulièrement excité de la main vint se positionner sur ma bouche comme une ventouse. Son excitation visqueuse, salée, m’inonda la bouche au risque, à nouveau, de m’étouffer. Mes yeux avaient une vue imprenable sur sa petite rose dilatée que je m’empressai de titiller avant de la violenter. C’est à ce moment qu’une véritable fontaine brûlante se mit à dévaler, m’inondant complètement la bouche, les lèvres, le nez, le cou. La totale ! Christine comprit que je ne pourrais pas résister longtemps. Je la sentis cesser de me pomper le sexe avec la bouche, monter à son tour sur ma planche et enfourner mon sexe – qu’elle avait subtilement habillé d’un préservatif avec une habileté de professionnelle – dans son intimité brûlante. Brigitta et Christine se prirent par les mains et se mirent, l’une à me pomper à nouveau le sexe jusqu’au plus profond de son intimité avec un rythme effréné, l’autre à frotter à nouveau son sexe tout chaud et humide sur mes lèvres. Quand elles se mirent à entonner en chœur la chevauchée des Walkyries, au risque de faire se retourner ce pauvre Richard Wagner dans sa tombe, je me mis à jouir comme jamais cela ne m’était arrivé. Christine voulut abuser de mon sexe encore en érection dans sa chatte brûlante. Mais Brigitta voulait sa part et se pencha donc pour lécher avidement ma verge, récupérant le mélange de mon ...