1. SHANA (45)


    datte: 10/11/2017, Catégories: Trash, Auteur: adèleH, Source: Xstory

    " Attendu que par pure cupidité et ambition personnelle, Shana a proposé ses charmes et incité à la débauche plus de mille personnes en échange de sommes d'argent importantes qu'elle est dans l'incapacité de rendre. " "Attendu qu’elle s’est frauduleusement procuré un fichier dans le but illicite de faire chanter les dites personnes pour son propre profit ou pour celui d’une organisation." "Attendu que les prestations de service proposées par l'accusée sont une demande indéniable de rechercher dans la torture l’assouvissement de ses pulsions masochistes, et qu’elle qualifie elle-même de simple échauffement les brimades subies jusqu’à présent." "Attendu que son intention d'enfreindre la loi du 12.2.1831 sur l'esclavagisme et la loi du 14.9.1967 sur la prostitution est manifeste en vendant son propre corps et en accordant inconditionnellement et intentionnellement droit de vie et de mort à ses Maîtres." "Attendu que les pratiques perverses de l'accusée sont patentes, que la tentative d'escroquerie et la volonté de se soustraire au jugement peut à tout le moins être suspectée." "Attendu que la prestataire, par le canal de son agent, a perçu une somme importante en contrepartie de l’assurance d’être soumise à la torture." "Attendu qu’il ne saurait être question que la charge financière de la captivité de la prévenue repose sur ces Maîtres et au vu de son insolvabilité financière à rembourser sa dette." Le poète avait récité son réquisitoire avec une jubilation qui trahissait ... son excitation. - La parole est à la défense sans défense. Excusez le jeu de mot douteux ! Espionne ! Plaides-tu coupable ou non coupable ! Evidemment que cette garce était coupable. Coupable d’être trop belle. Sa silhouette ne m'avait jamais paru aussi élancée, ses longues jambes aussi appétissantes, sa fentille si longue qu'elle cherchait à fendre son pubis comme pour déposer sur son ventre d'acajou son corail turgescent. Sous la lumière tamisée, sa peau mate ne m'avait jamais parue aussi lumineuse et cuivrée. Ses cuisses tremblantes jouaient de la lumière pour attirer le regard sur ses fesses outrageusement callipyges. La réponse de l’accusée tardait à venir. Le grand inquisiteur remarqua le déploiement impressionnant de son clitoris qui implorait le ciel et envoya ma divine complice le titiller pour lui délier la langue. Le clitoris, éraflé par la myriade d’aiguilles des mains gantées, oscilla dans sa rectitude obscène. Son ventre s'anima et palpita. Les mains magiques délaissèrent un bref instant le bouton magique qui accueillit la langue dans une danse saccadée. La belle naïade colla ses lèvres gourmandes plus étroitement sur le pistil qui enfla démesurément. La main cloutée s’introduisit sans peine dans le vagin luisant. Pour prouver au monde entier à quel point ses orifices étaient élastiques, la garce distendue implora le renfort de l’assistance. - Mon anus ! Déchire-moi l’anus ! Pitié ! Fais-moi mal ! Je vais partir. La main chercha en vain sa jumelle dans l’étroit ...
«123»