1. Zoé ma voisine - 2


    datte: 10/11/2017, Catégories: fh, hplusag, voisins, fsoumise, Oral, Oral, pénétratio, fsodo, Auteur: Vibescu, Source: Revebebe

    posant les mains sur ses épaules, je la fais doucement pivoter sur elle-même pour être dans son dos et je me penche sur elle. Sans talons elle fait exactement une tête de moins que moi, son eau de toilette est discrète, elle sent très bon. J’appuie sur la télécommande de la chaîne stéréo pour lancer le disque que j’ai préparé, la musique envahit la pièce, d’abord les cordes puis assez rapidement un chœur qui entonne le Kyrie. Je fais descendre la fermeture éclair de sa robe en lui demandant si elle connaît. Elle a une sorte de petit frisson de surprise quand elle se rend compte que je suis en train de la déshabiller et me répond que oui, c’est lamesse en ut mineur de Mozart. Je fais glisser la robe et découvre qu’elle a mis des bas Dim Up, elle est incroyablement sexy avec. Je dégrafe ensuite son soutien-gorge, je le lui ôte et je fais glisser son string le long de ses cuisses en essayant de ne pas trop effleurer sa peau. C’est bien sûr impossible et chose attendue, je la trouve très douce, je ne résiste pas à la curiosité de regarder l’entrejambe de son sous-vêtement qui était incrusté dans sa fente et j’y découvre une large trace de mouille. Après avoir déposé ses vêtements sur un fauteuil, je lui demande d’écarter un peu les jambes et de se pencher en avant, ce qu’elle fait lentement de façon très gracieuse. Je m’accroupis si près derrière elle qu’elle doit sentir mon souffle. Les bas noirs font paraître la peau de ses cuisses et de ses fesses encore plus blanche, ... presque nacrée, ma queue est raide, j’ai l’impression que je n’ai jamais eu une telle érection. En pleine lumière je contemple les merveilles que cette position me révèle : la fente rose de son sexe à peine entrouvert, les grandes lèvres couvertes d’un duvet blond taillé si court qu’on le distingue à peine, et au-dessus le petit orifice de l’anus ni plissé ni pigmenté, un joli trou bien rond dépourvu de poils. Zoé émet un petit cri de surprise quand je l’effleure du bout d’un doigt. J’aimerais y mettre la langue, aussi embrasser et lécher sa chatte, la boire, la manger, mais je m’en empêche en me disant que si elle revient après la séance de ce soir, je l’attacherai écartelée sur le lit et je lécherai le moindre recoin de son corps jusqu’à la faire gémir et hurler de plaisir. Mon doigt revient sur son petit trou, cette fois-ci humecté de salive, c’est serré, mais élastique, elle ne proteste pas quand je le fais aller et venir doucement, ni quand c’est mon pouce qui prend le relais pour l’habituer à plus gros. Après quelques allers et retours, je le retire pour regarder l’orifice qui se referme, mais l’état de sa chatte montre qu’elle est excitée. Les grandes lèvres se sont gonflées et restent entrouvertes, laissant voir les petites lèvres toutes roses et humides. Je suis certain que si j’y glissais un doigt je trouverais un clitoris durci. Je lui dis de se masturber, je suis aux premières loges pour la voir faire. Elle glisse trois doigts dans sa fente, tout en haut, mais seul le ...
«1234...8»