1. Zoé ma voisine - 2


    datte: 10/11/2017, Catégories: fh, hplusag, voisins, fsoumise, Oral, Oral, pénétratio, fsodo, Auteur: Vibescu, Source: Revebebe

    majeur est un peu appuyé, elle se caresse avec ses petits mouvements circulaires. Je l’arrête avant d’éjaculer dans mon caleçon et lui dis de se relever. Je me saisis du fameux coussin qui va encore servir ce soir, je le dépose sur le tapis et je lui ordonne de s’y allonger à plat ventre. Pendant qu’elle s’installe, je me déshabille en admirant le spectacle de sa croupe cambrée rehaussée par le coussin, en écoutant la merveilleuse musique de Mozart, « Gloria in excelcis deo » chante le chœur, j’ai envie de chanter la même chose à pleine voix. J’ai acheté un flacon de gel lubrifiant, je m’en enduis le pouce pour le réintroduire dans le petit trou où je compte bien glisser ma queue, je lui dis de placer sa main entre ses cuisses, comme tout à l’heure, mais d’attendre pour se caresser. Je fais doucement tourner mon pouce pour l’ouvrir un peu plus avant de placer mon membre bien lubrifié entre ses fesses. Son visage repose sur le tapis sur une joue, de telle sorte que je pourrai voir ses expressions pendant la pénétration. Elle ouvre la bouche comme si elle cherchait son souffle quand mon gland pénètre sans trop de difficulté, je lui demande de se caresser, j’appuie un peu plus pour m’enfoncer plus avant, cette fois-ci elle pousse un gémissement de douleur, son visage me dit aussi qu’elle a mal. Je me retire un peu, seul le gland reste à l’intérieur, je remets du lubrifiant, je pénètre encore un peu, j’attends qu’elle s’habitue, je pousse à nouveau, et lentement je m’enfonce ... dans son cul, presque centimètre par centimètre. J’ai envie qu’elle se sente remplie, possédée, mais pas de lui faire mal. Elle pousse une sorte de feulement rauque quand j’arrive à mes fins au bout de longues minutes. Je suis enfoncé en elle jusqu’aux couilles qui touchent sa chatte, je la préviens que je vais bouger, je veux qu’elle se caresse, mais qu’elle m’attende pour jouir, je la préviendrai. J’ai du mal à suivre la musique tant la situation m’apparaît surréaliste : je suis en train de sodomiser ma jeune et jolie voisine à même le sol alors que je ne l’ai jamais embrassée ni même caressée. Je ressors presque entièrement pour mieux me renfoncer jusqu’au bout, j’accélère le rythme pour faire monter mon plaisir, ses feulements accompagnent mes va-et-vient, je sens le plaisir monter, je le lui dis, elle accélère les mouvements de sa main, je peux sans problème imaginer ses doigts sur son clitoris puisque je l’ai vue le faire tout à l’heure, ça déclenche même mon orgasme, je me vide longuement au plus profond d’elle, enfoncé jusqu’à la garde, elle jouit aussi, tout son corps est agité de spasmes, ses fesses montent, se cambrent encore plus, je sens son sphincter se contracter deux ou trois fois un peu plus fort autour de mon membre. Elle retombe comme épuisée, ses yeux sont fermés, le visage apaisé. Par une sorte de petit miracle, le disque se termine à l’instant où mon membre devient moins dur et me permet de sortir sans craindre de lui faire mal. Je me relève et me dirige ...
«1234...8»