1. Attirer les regards


    datte: 14/11/2017, Catégories: h, ff, magasin, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, hmast, 69, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Macapi, Source: Revebebe

    Il est de ces rares moments dans la vie dont il faut absolument profiter. C’est du moins ma philosophie. Depuis que je suis en âge de regarder les filles, c’est-à-dire sûrement trop jeune au dire de certains, je ne me prive pas pour le faire. Déjà tout petit, je partais seul pour des randonnées nocturnes dans mon quartier, à l’affût de jeunes filles qui se déshabillent. J’en ai vu. Je me suis fait prendre. J’ai cessé de grimper dans les arbres ce jour-là. Je suis malgré tout resté un voyeur invétéré. J’adore surprendre ce qui ne m’est pas destiné. Et je dois dire avec une certaine fierté qu’il est rare qu’une femme remarque que je la regarde. Ainsi j’ai souvent l’occasion d’apercevoir de très jolies poitrines, des cuisses minces et fermes, parfois même l’ombre d’une culotte. Je fantasme beaucoup sur une de ces femmes qui me surprendrait et me sourirait, qui entrerait ainsi dans mon jeu et accepterait d’aller plus loin. Au quotidien, c’est vrai que je ne trouve pas souvent de quoi me remplir la tête de belles images. Si les belles femmes foisonnent, la peau nue dévoilée ou suggérée est beaucoup plus rare. Bien sûr, si je fréquentais les clubs, les mini-jupes envahiraient mon espace visuel. Mais ce n’est pas pareil. Je ne recherche pas la peau volontairement exposée, comme sur une plage. Je désire voler des instants impudiques. Le bout d’un téton par un corsage qui baille un peu trop ou le haut d’une cuisse croisée dans le métro sont des exemples ordinaires, mais qui m’excitent ... néanmoins. Je marche encore souvent dans les rues de mon quartier, la nuit tombée. Il y a encore des fenêtres sans rideau, ou avec un rideau entrouvert. Des silhouettes fines ou charnues se dessinent à contre-jour pour mon plus grand plaisir. Ou encore un miroir indiscret me laisse voir ce qui devrait être privé. Mon imagination fertile ne se lasse jamais d’élaborer mille et un scénarios sur le thème de l’insouciance de ces femmes qui se donnent à moi sans le savoir. Ces activités plus ou moins licites ne m’empêchent pas d’avoir une petite vie rangée, une femme et deux enfants. J’ai même la chance d’être marié à la plus compréhensive des femmes, jamais jalouse des regards que je jette à la dérobée. Au début, Cynthia ne se rendait compte de rien. La confiance aidant, j’ai fini par lui avouer tous ces regards libidineux. Elle n’y croyait pas, n’ayant jamais rien remarqué. C’est que je suis plutôt un expert de la dérobade, des yeux qui louchent sans en avoir l’air, des faux-fuyants qui s’accrochent comme par hasard et s’enfuient le temps de le dire. Mais avec le temps, elle a fini par toujours remarquer mon air légèrement absent lorsque je marche avec elle et que mes yeux captent quelque chose d’intéressant. Et même, elle trouve maintenant presque toujours ce vers quoi mon imagination se tourne. Pas gênée, pas jalouse, elle n’hésite pas à tourner la tête, se disant qu’une femme qui regarde, ça ne peut pas être mal interprété. Une douce complicité s’est donc installée au fil des ...
«1234...8»