1. La vengeance


    datte: 14/11/2017, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: Laure60, Source: Hds

    J'avais 30 ans quand cette histoire m'est arrivée. Salope et même putain j'étais déjà depuis longtemps (le sexe c'est l'histoire de ma vie car en 45 ans de très nombreux hommes sont passés sur mon corps, jusqu'à 12 dans une soirée, que ce soit des amants, des rencontres occasionnelles ou des clients quand je me prostituais car j'écartais les cuisses sans difficultés à chaque fois que j'en avais l'ocasion) Mais à cette époque j'avais encore du mal à supporter certains ragots surtout quand ils n'étaient pas fondés. Pierre mon mari a fait fabriquer au siège de la société qui l'emploie une rambarde pour la terrasse. Théo un homme au physique quelconque, pas très grand, marié avec deux enfants qui est chargé des navettes inter-usines avec une camionnette se charge du transport et vient nous la livrer un après-midi. Installés dans des fauteuils je lui offre à boire et il reste un moment à parler avec moi. Son regard se porte avec insistance sur mon entre-jambes et ma culotte car une fois assise ma robe courte remonte et dévoile ce qu'elle est censée cacher, assise dans un fauteuil il m'est difficile de dissimuler certaines zones de mon corps. J'ai l'habitude et ne me formalise pas au contraire j'aime aguicher les mâles et mon air de salope m'y aide bien. Nous parlons de choses banales puis la conversation dévie, il commence à me complimenter sur mon physique et à me draguer. Il ne m'intéresse pas et si je souris un peu je n'adhère pas à son petit jeu. Il finit par s'en aller ... sans que j'aie répondue à ses avances. Le lendemain sur la terrasse je suis allongée en maillot de bain deux pièces sur une chaise longue à profiter des rayons de soleil quand j'entends des pas, je regarde et je vois Théo s'approcher de moi. <<tu ne répondais pas quand j'ai frappé à la porte alors j'ai décidé de venir voir si tu n'étais pas de ce côté de la maison>>. <<qu'est ce que tu fais là, tu devrais être à ton travail>>. <<hier j'ai oublié de déposer des pièces de la rambarde alors je les apporte>>. Excuse bidon de sa part car les pièces qu'il amène se montreront inutiles. Il me regarde longuement sans retenue de la tête aux pieds avec des yeux lubriques. Sans gêne il s'installe sur une chaise longue à côté de moi et après être allée passer une robe je lui sers une bière. <<tu aurais pu rester en maillot, cela ne me dérangeait pas, au contraire la vue n'était pas désagréable>>. <<pour que tu me mâtes sans vergogne, ça n'aurait pas été convenable que je te reçoive dans cette tenue et puis qu'en auraient pensé les voisins s'ils nous avaient observés>>. Il repart pour une drague poussée et insistante qui me gêne, je ne l'encourage pas mais je n'ose pas l'envoyer balader. Je le trouve gonflé surtout qu'il connait mon mari. Il veut un rendez-vous que je ne lui accorde pas et il part déçu. Quelques jours plus tard en faisant des courses en ville je rencontre une femme que je connais bien et nous discutons un moment. Elle finit par me confier que Théo qui travaille dans le même ...
«1234»