1. Éric et Anne complices


    datte: 14/11/2017, Catégories: fh, couple, extracon, Collègues / Travail, Collègues / Travail, revede, Oral, couple, bureau, Auteur: Tsylphe, Source: Revebebe

    Résumé des événements précédents : (voir «Anne s’étonne »)Anne s’inquiétait de la venue d’un nouveau comptable, Patrice. Elle ne savait pas à quoi s’attendre. En tout cas, elle n’avait pas imaginé qu’elle serait fascinée par les mains de cet homme, ni qu’elle se retrouverait complice d’une soirée d’amour avec Patrice et sa femme Sylvie, au bout de laquelle elle trompa pour la première fois son mari, s’offrant et jouissant sans retenue. _____________________________________ Avançant avec une infinie lenteur, presque en marche arrière, Anne rentre chez elle. Elle se déplace dans la maison comme une chatte et glisse jusqu’au lit. Elle est fatiguée, mais impossible de trouver la quiétude du sommeil. Le film de la journée et de la soirée défile en désordre. Elle est envahie par la culpabilité d’avoir pris un plaisir différent de l’habitude et la rage d’avoir été manipulée. Surtout, elle ne sait si elle doit tout dire ou tout taire à Éric. Comment réagirait-il ? Elle a peur de tout avoir cassé. Certes, elle est tombée dans un piège, mais elle aurait pu dire non. Surtout, elle a pris du plaisir. Les mains de Patrice reviennent régulièrement au milieu de ses pensées, ses lèvres aussi. La confusion est totale, d’autant que repenser aux événements rend son intimité fondante de désir. Son cerveau est épuisé, elle n’a pas pris de décision. Assommée, elle sombre dans le sommeil. Au réveil, en lenteur, elle explore l’environnement familial. Rien ne semble avoir changé, elle se sent ... rassurée. Les rituels du matin semblent effacer ce qui s’est passé. Elle a besoin de ses repères, elle le sent. Elle ne veut pas bouleverser cet ordre établi qu’ils ont construit. Alors elle ne dit rien. Sur le chemin du travail, sa lâcheté lui remonte au visage, elle sent monter l’angoisse, celle de vivre dans le mensonge. La porte des bureaux passée, elle n’est plus que sa fonction. Elle se plonge corps et âme dans le travail. Elle met entre elle et Patrice plus de distance qu’avec un inconnu. Il ne s’est rien passé. La semaine se passe ainsi, l’esprit souvent torturé, mais la raison prenant le dessus. Ce n’était qu’un épisode, elle oubliera, personne n’en saura rien. Des vagues de nouveaux événements viendront peu à peu enfouir cette soirée dans le sable. Elle se sent sale, encore plus lorsque ses yeux croisent sans le vouloir les mains de Patrice. Elle ne comprend pas pourquoi, malgré ses résolutions, elle ressent sur sa peau des picotements à leur vue. Elle sait que la solution est de les éviter. De retour chez elle, devant les avances d’Éric, elle esquive avec un mal de ventre et la fatigue de ses journées. Un week-end en famille lui change complètement les idées et c’est avec délice qu’elle constate que les pensées parasites l’ont laissée en paix plusieurs heures. Le lundi suivant, elle est de retour au travail, plus légère. Sa stratégie fonctionne, elle se sent mieux. À midi, elle reçoit un SMS de Sylvie. Elle se sent forte et prête à se battre, elle le lit : Anne ne répond ...
«1234...»