1. À la nuit succède le jour, l'amour continue


    datte: 09/01/2018, Catégories: fh, Collègues / Travail, hotel, toilettes, fdomine, hdomine, miroir, Oral, Oral, pénétratio, tutu, amourcach, Auteur: Alineasixty, Source: Revebebe

    Résumé de l’épisode 1 :De longs mois à se rencontrer, très professionnellement, trop. Nous avons fini par céder à la tentation de l’amour et c’est une merveilleuse nuit qui vient de s’achever. Je vais découvrir que c’est loin d’être terminé entre nous, bien au contraire Il faut dormir enfin, demain nous ne pouvons pas nous permettre d’être absents, il faudra même être efficaces, pros jusqu’au bout. La nuit s’écoule ainsi blottis l’un contre l’autre, trop heureux du moment présent, sachant pertinemment qu’il va finir, que la séparation physique est inéluctable, pire, que chacun va bientôt retrouver d’autres bras. Les rideaux de ta chambre sont restés ouverts, c’est le jour qui nous réveille. En temps normal j’aime beaucoup ça : j’ai l’impression d’être en vacances à la campagne, d’avoir tout mon temps. Aujourd’hui c’est différent, je suis un peu triste parce que ça veut dire qu’il faut reprendre nos vies, et cependant il doit être encore tôt puisque nous sommes en mai : j’attrape ma montre sur la table de nuit : 5 h 30, on a presque deux heures devant nous pour faire l’amour encore. Je vois que tu ne dors plus non plus, tu me regardes et tu souris, romance sans parole. J’ai envie de ta bouche et de tes dents parfaites, embrassons-nous comme des amoureux que nous sommes, un vrai baiser de cinéma. C’est tellement érotique, comme hier soir quand nous nous sommes embrassés pour la toute première fois. Tes lèvres sont si douces, quel bonheur d’être embrassée ainsi. Tes mains me ...
    caressent, ta langue m’explore, c’est du concentré de sensualité, tant d’amour à vivre en si peu de temps. Je ferme les yeux, tu embrasses mes seins, tu les tètes et palpes, tu les malaxes, puis tu descends, je sais où tu vas, tu te rapproches du mystère qui t’a donné tant de plaisir cette nuit, tu veux le voir au grand jour, le goûter peut-être. Je garde les yeux clos, je me focalise sur mes sensations, sur la douceur de tes cheveux dans lesquels je fais rouler mes doigts. Je prends bien garde de conserver les yeux fermés, pour prolonger l’instant miraculeux. J’ai été active cette nuit, mais je ne suis pas du matin, tu commences à t’en rendre compte, je te laisse faire, c’est toi qui diriges. Tu continues ta progression, je ne bouge pas, tu descends toujours pour parvenir à l’origine du monde, intrigué et curieux de découvrir ce sexe hier encore inconnu. Tu l’embrasses du bout des lèvres, puis ta langue s’immisce doucement dans la moiteur un peu âcre de nos ébats nocturnes. Cela n’a pas l’air de te gêner, tu cherches et tu trouves ce tout petit bout de chair qui réagit si bien quand on sait quoi lui faire. C’est si bon, pendant que ta langue caresse mon intimité, tes mains s’emparent de mes fesses, ton visage confortablement calé entre mes cuisses. Je me dis que c’est fou, il y a quelques jours encore nous étions presque étrangers et maintenant nous sommes si proches, découvrant un peu plus à chaque instant nos secrets les mieux cachés. Le plaisir monte, ta langue s’active et ...
«1234...»