1. Danseuse, danseur...


    datte: 12/01/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Orenbarre, Source: Hds

    Je suis danseur professionnel dans une troupe qui travaille dans l'organisation de spectacles télévisés. Brun, grand et élancé, j'ai auprès de la gente féminine un certain succès. Pourtant, c'est vers les garçons que mon cœur penche. Jusqu'à il n'y a pas longtemps je n'avais d'ailleurs jamais touché de fille. Ces dernières ne me déplaisent pourtant pas, mais simplement je préfère et de loin les beaux corps musclés de mes amants C'est ma première expérience hétéro que je vais vous conter là, mais laissez moi d'abord vous présenter ma partenaire : Lola a 24 ans, originaire de Kiev, blonde, grande (1m80), elle est une de mes partenaires dans la troupe et je dois dire qu'elle danse divinement bien. Quand elle est arrivée en France elle était un peu perdue, parlant mal notre langue, elle avait du mal à se lier avec les gens. C'est moi qui l'ai pris sous mon aile quand réussissant le casting d'entrée, elle a intégré notre groupe. S'intégrant parfaitement à notre groupe d'amis, celle-ci me fit la confidence qu'enfin elle revivait depuis son arrivée dans l'hexagone. Au fil des mois nous nous sommes rapprochés elle et moi et elle est devenue en quelque sorte ma confidente ! Etant donc au courant de mon homosexualité, elle s'étonnait pourtant que je n'ai jamais essayé la chose avec une fille vue que ces dernières ne me déplaisaient pas. Plusieurs fois elle m'avait même taquinée gentiment, en me disant que si je voulais tester, elle était là pour me servir de guide C'était bien sur ...
    pour rigoler, mais je sais bien qu'il y avait une part de vérité derrière tout cela. Loin de lui déplaire, elle se serait laisser faire avec plaisir si je lui avais sauté dessus ! Oui mais voilà, passer à l'acte est plus facile à dire qu'à faire et de plus la peur que cela ternisse notre amitié était un vrai frein à mon éventuel désir pour elle. La vie de danseur est une vie de sportif, nous ne devons pas exagérer sur la nourriture et encore moins sur l'alcool ! Ainsi nous ne buvons que très rarement, pour les grandes occasions. En ce samedi soir de Juillet, nous fêtions notre départ pour un mois en vacances et avant de nous séparer pour nos lieux respectifs de villégiature, une soirée bien arrosée nous attendait Tenant mal l'alcool, nous étions tous passablement ivres et rigolions pour un rien. Jusque tard dans la nuit nous avons bien profités de la bonne ambiance. Ivre, elle aussi, Lola était dans l'incapacité de reprendre sa voiture pour rentrer chez elle, je me proposais alors de l'héberger chez moi qui habite à quelques rues de là. Clopin, clopan, titubant, nous arrivons bras dessus, bras dessous chez moi. En ce mois d'été, Lola est habillé d'une petite robe légère et dès qu'elle rentre dans l'appart, elle l'enlève bien vite se retrouvant en culotte et en soutif devant moi. La vision de cette jolie fille moitié nue s'offrant à ma vue me fait tout drôle ! Elle commence alors à danser langoureusement, enlève son soutif Sa culotte et pour finir attrape un boa et se dandine ...
«12»