1. Une éducation un peu spéciale (2)


    datte: 20/01/2018, Catégories: Inceste, Auteur: JH25a,

    CHAPITRE II : Une jolie surprise pour les vingt ans de Stéphane. Une année entière s'était écoulée depuis les dix neuf ans de Stéphane. Ce dernier avait continué à se développer et à l‘aube de ses vingt ans il affichait une barbe de trois jours. Il était maintenant rentré à la faculté. Il s'était dirigé vers une licence de lettres pour une double raison. D'abord il avait toujours voulu enseigner le français, la lecture et l'écriture ayant toujours été une échappatoire dans ses moments difficiles. Deuxième raison, les classes étaient bourrées de filles. Malgré cela, il était resté très timide et maladroit avec la gente féminine. Malgré tous ces désagréments, Stéphane était heureux aujourd'hui. Sa mère l'avait invité à diner au restaurant pour fêter ses vingt ans et il pourrait ainsi profiter de la présence de la seule femme qu'il aimait et l'aimait en retour. Nathalie avait choisit un restaurant très chic ce qui toucha la corde sensible de son fils. Comme tous les ans, la conversation tourna autour de ses relations ou plutôt son manque de relation avec des filles. Que pense ma mère, s'interrogea l'intéressé, se demande-t-elle si je suis gay ? Est-elle si pressée d'avoir des petits enfants ? Ou est-ce tout simplement les inquiétudes d'une mère qui voyait son fils grandir de jours en jours ? Oui se devait être la dernière solution, après tout quelle mère ne se soucierait pas pour la vie sentimentale de son fils. Stéphane décida alors de la rassurer rapidement : « - Je n'ai ...
    toujours pas de petite amie maman lui dit-il. Tu sais bien que j'ai toujours eu du mal à leur parler. Mais je te rassure encore une fois je ne suis pas gay. C'est juste que je manque encore un peu de confiance en moi. - Ca peut peut-être s'arranger, lui répondit-elle. Je connais un excellent moyen pour y parvenir. Mais il faudra que tu me fasses confiance et surtout que tu m'obéisses. - Très bien je suis prêt. - Pas maintenant, en rentrant, de toute manière je pensais t'en parler une fois rentrer. » Le reste du repas se passa très bien. Nathalie rit aux blagues graveleuses que son fils lui rapportait. Les filles de son école devaient être de sacrées perverses pour lui raconter de telles choses se dit-elle. De vraies petites salopes je suppose. Après un bon repas, ils rentrèrent à la maison et s'installèrent tous les deux sur le divan. Stéphane fut le premier à rompre le silence : « - Si tu me parlais de ce moyen de me faire gagner en confiance maintenant que nous sommes rentrés. - D'accord mais saches qu'une fois le processus entamé, il n'y aura pas de retour possible. - Ok. -Et tu devras m'obéir aveuglément. ¬- N'est-ce pas ce que je fais chaque jour ? - Si répondit Nathalie en souriant. Tu as toujours été un enfant très sage et très obéissant. » Sur ces paroles elle posa sa main sur la cuisse de Stéphane. Celui-ci fut décontenancé par le geste mais ne réagit pas. Après tout elle savait ce qu'elle faisait. La main remonta lentement vers son entre-jambe et malgré son mal être, la ...
«123»