1. Belle maman de Berlin (1)


    datte: 23/01/2018, Catégories: Inceste, Auteur: profiteur, Source: Xstory

    avait une plus importante surface de contact et s’imprégnait certainement mieux des effluves de ma belle-mère. Je ne m’imaginais pas qu’une femme comme elle, toujours tirée à 4 épingles, puisse sentir aussi fort l’urine. Une sacrée érection me vint aussitôt. Le coté pervers du fait que ce soit ma belle-mère m’excitait terriblement. Je pense que même si elle n’avait pas été aussi sexy, j’aurai eu la même réaction. J’entrepris de me masturber en frottant d’une main le visage avec une de ses culottes en la reniflant tout ce que je pouvais et de l’autre main le sexe entouré d’une autre de ces merveilleux petits morceaux de satin parfumés. C’était vraiment très excitant et je déchargeais rapidement dans la cuvette des WC ; Mon affaire terminé, je me réajustais, remis les dessous dans leur panier et regagnais la table ou tout le monde m’attendait. Je fus un peu gêné car ma femme insistait sur le fait que j’avais disparu longtemps. Discrètement je lui disais avoir été aux toilettes et avoir pris mon temps en bouquinant un peu car j’étais un peu patraque, certainement à cause du Kebab que j’avais mangé avant d’arriver. J’ajoutais que ce n’était pas sympa de le faire remarquer à tout le monde. Elle s’excusa, me disant que ce n’était pas grave. Ce n’était pas tout le monde, mais ses parents et qu’ils comprenaient parfaitement que je puisse passer un peu de temps aux WC car Frédéric pouvait y passer plus d’une heure. Cela était certainement en raison de ses problèmes digestifs dus à ...
    son accident. Je répétais plusieurs fois par jour mes petites escapades dans les WC de la buanderie sous prétexte que j’étais dérangé, me purgeant le nœud à chaque fois, dans le plus grand plaisir. Eve s’étonnait que je passe mon temps dans les toilettes de la buanderie, plutôt que dans les toilettes de la salle de bain privée de notre chambre, qui étaient beaucoup plus accueillante et confortables. Je lui expliquais que la salle de bain donnait sur notre chambre mais avait une deuxième porte qui donnait sur le palier, ce qui n’était pas idéale sur le plan de la discrétion vu l’état gastrique dans lequel j’étais. Cette idée m’était venue immédiatement car, dans la matinée j’avais entendu couler l’eau du robinet de la salle de bain de mes beaux-parents. On entendait vraiment tout ce qui se passait. Tous les sanitaires privés de la maison, avaient la même configuration. Cette excuse paru satisfaire Eve. Les quelques premières années se passèrent à l’identique. De fréquentes et intenses séances de masturbation avec ces petites culottes à l’arôme envoutant agrémentaient mon séjour. Lorsque c’étaient mes beaux-parents qui venaient chez nous, il me suffisait d’attendre qu’Eve les emmène se promener ou faire les courses, ce dont ils étaient des inconditionnels, pour que je fouille le placard de la chambre d’ami mise à leur disposition. A l’intérieur, un sac plastique recueillait le linge usagé d’Angela. J’ai pu constater que l’odeur était plus forte que la fois précédente, chez eux à ...
«1...345...»