1. reveries de betty education 1 @copyright dbs89


    datte: 24/01/2018, Catégories: BDSM / Fétichisme, Lesbienne, Tabou, Auteur: hatab89, Source: xHamster

    Chap 1 – Education Le véhicule s’immobilisa sur le marquage au sol face au panonceau marqué « visiteur ». Une clé de contact qu’on tournait, un moteur qui s’arrêtait. Dans l’habitacle, une jeune fille au regard ailleurs attendait que sa marâtre de mère l’invite à sortir. Une mère le plus souvent absente, peu enclin à l’affection. Une mère superficielle qui consommait les amants comme d’autres, le chocolat : par gourmandise, jamais la même marque. Une mère égocentrique dont l’émotion se graduait selon ce qui la touchait ou l’affectait en termes d’image. Une mère enfin, marié à un homme trop préoccupé par son business et qui savait comment le manipuler en se présenter à son meilleur avantage. C’était une femme longiligne qui usait sur lui des mêmes charmes que sur les hommes qui occupaient son lit. Un visage gracieux, un sourire innocent, de longs cheveux soyeux, un corps qui ne souffrait pas des années faisaient son succès et il suffisait qu’elle joue des cils pour que son mari céda à tous ses caprices. Lui courait l’Europe d’hôtels en hôtels, à l’affut d’opportunités commerciales. Toujours sur la brèche, le téléphone pratiquement implanté au bout des doigts, il coordonnait sa réussite financière à sa réussite sociale. Il pensait sincèrement être un bon mari et un bon père dès lors que sa famille de manqua de rien. Il se demandait parfois comment sa femme occupait son temps, réglant ici et là des dépenses pour le moins bizarres, cadeaux multiples d’une femme passionnée à ...
    ses amants de passage. Il feignait de n’en rien croire ou peut être était-il encore aveuglé par l’amour inespéré que lui vouait cette femme qui avait traversé sa vie. Sa taille plutôt moyenne, son embonpoint prononcé, lui, flatté de s’afficher avec une créature de rêve et qui en mesurait l’effet dans le regard qu’il pensait jaloux, des autres hommes. Betty était arrivée par accident, un soir pas comme un autre où celle qui partageait sa vie avait cédé à ses avances. Elle avait grandi dans une forme d’indifférence globale où l’argent remplaçait l’affection. La jeune fille eut une enfance compliquée, cumulant les établissements scolaires et les excès de toute sorte. - Nous y voici, dit la marâtre d’un ton détaché. J’espère que cette fois tu te tiendras à carreau. Récupère ta valise, on y va ! L’institution Sainte Marguerite était un établissement scolaire privé pour jeune fille uniquement, administré par des sœurs de la congrégation Gabrielle. Un vieil immeuble de pierre au porche gigantesque trônait en fond de jardin. Les pelouses et les massifs entretenus donnaient l’impression d’un cottage anglais. Sur les marches du perron, une jeune novice attendait la mère et la fille, les mains repliées devant son bassin. Elle se fendit d’un très large sourire en les apercevant et vint spontanément à leur rencontre. Elle les salua chaleureusement et les guida dans l’imposante bâtisse. - Vous avez rendez vous avec Sœur Hortense, notre censeur, fit-elle. - Je sais ! siffla la mère. Cette ...
«1234...7»