1. Démarchage


    datte: 25/01/2018, Catégories: fh, inconnu, Collègues / Travail, hsoumis, fdomine, humilié(e), cérébral, chaussures, hmast, nopéné, sm, init, Auteur: Valentin Cognito,

    Coup de téléphone Il est 13h30, je devine sans trop d’efforts mon futur interlocuteur. — Entreprise X, Matthias Frodet, bonjour ?— Mr Frodet, c’est Corine X à l’appareil. Bingo ! — Je vous appelle pour confirmer le rendez-vous aujourd’hui à 14h00.— Oui c’est toujours bon, je m’apprêtais à partir Tu parles, je ne suis pas emballé plus que cela par la perspective de me retrouver en tête à tête pour un rendez-vous commercial Je n’apprécie pas outre mesure les commerciaux, leurs méthodes de vente toutes établies Leur dynamisme m’épuise la plupart du temps — Vous m’en voyez ravie. Eh bien à tout de suite alors, Mr Frodet. Je vous trace un objectif portrait de votre dévoué narrateur : je suis un garçon de vingt-cinq ans, type européen, brun, 1m80, 72kg, assez musclé, les yeux marrons verts. Assez séduisant pour avoir son succès auprès de jolies filles, mais pas non plus un physique devant lequel elles se pâment juste à mon passage. Bref, un garçon tout à fait ordinaire avec son lot de fantasmes 14h15 Comme par hasard, je ne trouve pas les bureaux où j’ai rendez-vous. L’entreprise pour qui elle travaille étant tout juste implantée, et ne bénéficiant donc pas pour l’instant de locaux, la rencontre doit avoir lieu en terrain neutre, un groupement de bureaux en plein centre-ville. Me voilà enfin devant l’immeuble avec mes vingt minutes de retard et une légère sueur dans le dos Je déteste ne pas être ponctuel, ça a le don de me stresser pour un rien. Je rentre dans l’enceinte, monte au ...
    deuxième et me dirige vers l’accueil où deux femmes me regardent avec la dose de soupçon nécessaire pour augmenter la couleur rouge qui commence à teinter mon visage. — Bonjour, j’ai rendez-vous avec la société X.— Ah oui la société X, je vous annonce, veuillez patienter Guère longtemps, mon hôte arrive à ma rencontre devant le bureau des deux femmes comme si elle n’avait rien d’autre à faire que guetter ma venue — Mr Frodet, Corine X. Poignée de main ferme. — Bonjour, excusez-moi pour le retard, l’immeuble n’est pas vraiment facile à trouver. Tentative de déculpabilisation qui semble bien échouer. Corine, jeune femme d’approximativement trente ans, blonde, cheveux courts, taille de guêpe, très vivace, le parfait corps d’une commerciale aux dents longues. Elle est moulée dans un pantalon noir très sobre, et une petite veste noire fermée qui laisse deviner une belle poitrine ferme. Elle me fait donc entrer dans son bureau un peu à l’écart de l’accueil, une petite pièce, inondée de lumière par tout un pan de fenêtres donnant sur la rue, et sinon cloisonnée, avec pour seul mobilier, une table et trois chaises. Et c’est parti, le show commence, avec ses règles immémoriales, son texte appris par cœur, ses sourires pour détendre (charmer ?) le client potentiel, et enfin les questions finales — Alors seriez-vous intéressé ? Comme je vous le répète, je ne suis pas la seule commerciale et notre offre est bientôt terminée (sans déconner ?) Il se peut que demain un de mes collègues ait ...
«1234»