1. Tu l'as cherché - 8


    datte: 01/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Accent,

    CHAPITRE 8 Décidée à transformer mes fiançailles en mariage, j’ai tiré la leçon de l’épisode singulier au cours duquel j’ai désarmé trois jeunes femmes à priori déterminées à me nuire. Doris, Jeanne et Sophie converties à ma cause, je me suis persuadée que d’autres rivales pourraient être animées, pour des raisons variées, par l’envie de séduire Alain et de m’écarter de lui. Or, si j’ai pris un certain plaisir avec ces trois amies, je ne me sens ni l’audace ni l’envie de goûter à tous les minous de la région ou de proposer ma chatte en pâture à toutes les candidates à ma succession, bien que le souvenir de cette séance entre filles alimente encore mes rêveries du soir. Oui, le baiser lingual sur mes nymphes m’a énervée, la succion des lèvres étrangères sur mon clitoris m’a affolée comme les caresses des doigt sur mes parties génitales offertes à l’inspection de ces femmes étonnées de constater ma virginité. Ce jour là, la découverte visuelle mais tactile aussi des foufounes des trois autres et l’odeur singulière de chacune de ses trois fentes à comparer m’ont plu et m’ont profondément marquée. Je garderai toujours en mémoire l’instant où ma bouche, ma langue et mes doigts ont fait connaissance avec ces chairs humides et tremblantes. Il reste peu de filles qui pourraient intéresser Alain dans l’entreprise, mais mon fiancé aime se sentir en compagnie joyeuse, adulé et s’entoure souvent d’une cour de pique-assiettes ou de parasites friands de plaisirs gratuits, joyeux lurons ...
    des deux sexes, rigolards et braillards. Dans ce milieu de fêtards nocturnes on trouve des filles jeunes, jolies, hardies aussi. Elles savent mettre leurs atouts en valeur, se fardent et se parfument abondamment, s’habillent de manière à paraître quasi nues, poitrines exposées dans un décolleté profond, jambes découvertes jusqu’à la limite du pli fessier ou de la culotte lorsqu’elles en portent une. Il faut voir comme elles aiment laisser tomber un objet qu’elles ramassent pour montrer le fendu de leurs fesses ou de leur abricot. Un garçon peut-il rester insensible à ce spectacle ou aux rires en cascades qui secouent une paire de seins. Tout le monde n’est pas saint Antoine ! Sitôt la fête des fiançailles passée, Alain a entreprit des travaux d’approche sexuelle. Je repoussai ses avances et lui demandai d’attendre le mariage : - J’ai voulu offrir ma virginité en cadeau à mon mari le jour de notre mariage. Si tu es pressé avance la date de notre union. Il montra sa déception mais promit de faire son possible. Aussi ai-je changé d’opinion après les révélations du trio de fumeuses dans les toilettes de l’entreprise. Il avait succombé aux charmes de Doris, d’autres vraisemblablement avant nos fiançailles et si l’instinct prenait le dessus lorsqu’il se trouvait avec une aguicheuse, je courais le risque d’être cocue avant les noces. Pourquoi ne recommencerait-il pas puisque je me montrais cruelle. La fille facile qui saurait l’attirer dans sa couche pourrait m’évincer et devenir une ...
«123»