1. Découvrte


    datte: 02/02/2018, Catégories: Partouze, Tabou, Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: suprsex,

    En cette nuit de juin nous rentrions de chez nos amis soirée sympathique mais ennuyeuse d' ailleurs Valéria ma femme avait commencé à bailler très tôt dans la soirée et moi même après une très grosse semaine de travail j' étais exténué. Voila une semaine une grève s'était déclaré dans mes raffineries pour une sombre histoire de salaire à revalorisés et je n' avais pas cedé ce qui faisait que ce soir encore mes raffinerie était bloqué par des grévistes . J' aurais du avoir un intérêt beaucoup plus soutenu pour mon épouse qui ce soir encore c' était particulièrement préparée et était très en beauté . Escarpins vernis qui la rehaussais ainsi que sa superbe croupe ( qu' elle entretenais trois fois par semaine avec un prof de gym ) bas ou collant ( je ne savais rien) Jupe mi longue en cuir moulante et chemisier clair entrouvert sur un bustier rouge, elle avait tout de la bourgeoise en attente d' un mâle. Il faut dire que depuis quelques temps je ne m' occupais peu d' elle prit par mes affaires j' expédiai les affaires de sexes avec un jeune stagiaire au bureau ou quand cela était impossible me branlais en matant x Hamster toujours au bureau. Non que ma femme ne me tentais plus mais j' avais l' impression d'avoir fait le tour de nos expériences sexuelles et je la respectais beaucoup trop pour d' autres inavouables. La Bmw M5 ronronnais tranquillement et ma femme semblait assoupis, quand d' un coup une pensée me traversa l' esprit du fait des piquets de grèves je n' allais ...
    pouvoir regagner ma propriété qui se trouvais sur la même route que ma principale raffinerie, il me fallait un autre chemin je me penchais sur le GPS et programmais un autre itinéraire. Celui ne mis que quelques secondes m' indiquant un embranchement cent mètres plus loin, je m' y mon clignotant, et tournais comme indiqué, je vis bien un car de Police stationnée sur ma droite mais comme personne n' en sortie (et pour cause , il dormait!), je roulais sur ce petit bout de route qui permettais d' att****r la raffinerie et ma propriété par un accès peu utilisé, sortant du virage à faible allure avant le dernier embranchement, je pilais afin de ne pas écraser un attroupement de trois ou quatre personnes et je calais. l' ouverture automatique des portières émettait le clac caractéristique de l' ouverture et avant que je n' ai pu faire le moindres gestes ma porte s'ouvrait sur un homme de très grande corpulence qui me jeta au visage de sa voix aviné - Bah Alors pépère tu veux nous écrasés !!!!!!!! Je bafouillais quelques sons inaudibles tout en comprenant mon erreur , ce petit groupe était visiblement des ouvriers de la raffinerie, et le grand qui m' avait soulever de terre était accompagné de deux autre ouvriers de taille plus courantes bien que plus carré tout de même que moi, et une femme pas très grande avec un poitrine proéminente était en retrait. Ma femme c' était réveillé, mais avant que j' ai pu faire quoi que ce soit un des deux hommes (sans doute le plus âgé) à la calvitie ...
«1234»