1. Les Véritables Aventures d'Olivier - E


    datte: 03/02/2018, Catégories: Mature, Première fois, Auteur: the_chosen1, Source: xHamster

    Cette aventure, comme toute celles que je couche sur papier, sont totalement authentiques et vraies. Toutes, je les aie vécues, savourées, rien n'est inventé, tout est issu de mes souvenirs, exaltants, excitants comme je les perçois encore. J'ai aujourd'hui l’Age du Christ, 33 ans, mais loin d'être un enfant de cœur, j'ai déjà eu tellement de frasques, que je trouve intéressant de les raconter… Je me sens prêt. Je me prénomme Olivier, 1m73, 60 kgs, brun, aux yeux verts très très clairs qui font fureurs je dois le reconnaitre. Sportif, sans être musculeux, je n'ai pas la prétention d'être un bon coup. Je suis homme ordinaire. J'ai du charme c'est vrai, mais j’ai aussi, il faut l’avouer, une part non négligeable de chance qui m’a toujours servi… Ma première fois, mon dépucelage, l'entrée dans le monde adulte, je ne l'avais pas imaginé comme cela… Adolescent, tout juste majeur, internet en était encore à ses balbutiements, seul mon imagination et les téléfilms ridicules du dimanche soir sur une grande chaine publique, envahissaient mes pensées lorsque je me masturbai, tous les jours, parfois plusieurs fois à la suite… Et comme tous les ados, j'étais pétrifié à l'idée de parler à une fille… et puis le hasard, la chance même, ont croisés ma route… L'été de mes 18 ans, mon père m’avait obligé à travailler afin de m’apprendre la valeur de l’argent, et que tout bien se mérite. Je ne rechignai pas, il m’avait dégoté un travail de magasinier, avec des horaires qui me convenaient ...
    parfaitement : 5h00 – 13h00, du lundi au vendredi. Ainsi, tous les après-midi je pouvais sortir et m’amuser avec mes amis. Nous habitions un quartier résidentiel huppé d’une petite ville de province. Mon camarade de jeu préférentiel était mon voisin. Toutes les après-midi ou presque nous nous retrouvions chez l’un ou l’autre afin de faire passer le temps, avec des activités dont l’intérêt m’a échappé avec le temps. Cette après-midi-là, un mercredi me semble-t-il, il faisait très chaud. Pas un nuage à l’horizon. Impossible de faire du sport ou quoi que ce soit de physique, tant la chaleur était étouffante. Je m’ennuyais à mourir. Je me décidai à aller retrouver une fois encore mon voisin. Je n’avais que la rue à traverser, peu de périls en vue ! La maison de mes voisins, comme la nôtre d’ailleurs, était un pavillon relativement classique : belle bâtisse protégée par un grillage, toiture en tuiles rouge, et une piscine privée dans le jardin. Je me présente au portillon et sonne. Pas de réponse. J'insiste. Toujours pas de réponse. A cet instant, peut-être aurai-je du retourner chez moi, mais étant très proche de sa famille, je choisi d’entrer, et de faire le tour de la propriété. A cet instant je suis persuadé qu'il est chez lui, sans doute dans la piscine, ou en train de dormir autours. Je fais le tour de la maison, et en un instant ma vie va basculer. Rien ne laisse présager ce qui va se produire ensuite : &#034Eh bien, il ne faut pas te gêner&#034. Cette voix, je la connais. C’est ...
«1234»