1. LE RÉFUGIER.


    datte: 03/02/2018, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: CHRIS71, Source: Hds

    • Mesdames et Messieurs bonjours, merci d’avoir répondu présent à mon appel. Nous avons une demande du préfet suite à note du ministère de l’Intérieur qui souhaite que notre commune accueille quelques émigrés syriens tous de Damas, venant du quartier chrétien et qui parle français la plupart. Je suis venue à l’appel de mon amant, car monsieur le maire agriculteur de la commune est avec moi le plus gros propriétaire terrien. Il est fréquent que son quatre-quatre soit vu devant mon castel dont j’ai hérité avec de nombreux hectares de pâturages et autres champs céréaliers. Je sous traite aussi 10 hectares de vignes cultivées par un viticulteur qui me rapporte énormément de revenue les bonnes années surtout que le chaix de premier cru m’appartient aussi. Je disais que monsieur le maire est mon amant et qu’aucune personne de la commune l’ignore, car il est connu pour être le plus grand baiseur de notre secteur. Quand un matin à 6 heures, je l’ai vu arriver alors que je déjeune et que je m’apprêtais à me rendre dans l’étable pour soigner mes génisses, je savais que c’était mon tour et je dois, l’avoué, j’étais vexé qu’il ait mis autant de temps à franchir le pas. • Je viens te voir pour parler du champ de la haute cote avant que tu te mettes au travail, si tu me le vends au prix du marché ou si tu me l’échanges avec celui des basses plaines d’une surface identique, je pourrais l’exploiter avec celui mitoyen qui m’appartient et augmenter mon rendement par le temps gagné à labourer, ...
    semer et moissonner. • Tu es et tu resteras toujours un beau salopard Lucien, mon champ vaut deux fois le tient par son exposition et le prix du marché est au plus bas. Je sais pourquoi tu es là et tu ferais mieux d’être plus directe. • Que veux-tu dire ? • Tu es venu pour me sauter, car je manque à ton tableau de chasse. • Comme tu y vas Lucie, tu veux me faire comprendre l’erreur que j’ai faite, il y a deux ans en épousant Louise dont le père possède trois hectares de champs de plus que toi et que ses vieux partant à la retraite, j’ai pu annexer. Je vais te surprendre, tu as raison, mais c’est plutôt le petit coup que j’avais mis à leur fille qui nous a donné notre fils 6 mois après notre mariage qui a décidé à ma place, car son père le vieux Marius m’a intimé l’ordre de nous marier avec son fusil dans le dos et tu connais sa réputation de gâchette facile qu’il a chez nous. C’est comme cela que je me suis retrouvé sur la table de la cuisine où nous étions à le recevoir en moi, car j’en avais marre de me masturber et un amant du calibre de Lucien en ayant une bien grosse en comparaison des quelques hommes de ma vie que j’avais connue à la fac et dans mes études supérieures en agriculture m’en avait montré. Depuis six mois au moins deux fois par semaine il a toujours un motif pour venir me voir et nous baisons là où il me trouve. Hier c’était à l’intérieur de l’étable sur la paille fraîche que je venais d’étaler qu’il m’a placé en levrette les vaches tournant autour de nous. ...
«1234»